L'incarnation du romantisme de l'automobile italienne !

Né en 1898, Enzo Ferrari a baigné dès son plus jeune âge dans la mécanique automobile, puisque son père Alfredo tenait un atelier d'entretien de voitures. Après le décès de son père et de son frère à cause de la grippe, il réchappe lui-même à la pandémie de grippe espagnole de 1918 et doit arrêter ses études pour trouver un emploi et subvenir à ses besoins et ceux de sa famille.

Après la guerre, il tente de se faire embaucher chez Fiat mais travaille finalement pour une entreprise livrant des châssis de Lancia à une carrosserie. Au fil des connaissances acquises avec cet emploi, il est embauché comme pilote d'essai par un petit constructeur italien en 1919. Passionné de compétition, il sera pilote pour Alfa Romeo jusqu'en 1931, avant de prendre les fonctions de directeur sportif pour la marque italienne.

Enzo Ferrari

En 1929, il fonde la Scuderia Ferrari, une société anonyme qui est chargée d'exploiter des Alfa Romeo de compétition, en tant que filière du constructeur au Biscione. Mais le contrôle de plus en plus grand de la marque sur l'entreprise d'Enzo le pousse à s'en éloigner, non sans avoir vendu des projets techniques à Alfa Romeo, et notamment celui qui deviendrait, quelques années plus tard, l'Alfa Romeo 158. Obligé de quitter Modène, il y retourne dès 1939, lorsqu'il retrouve son indépendance.

Il crée ensuite le logo au Cheval Cabré, emprunté à l'un de ses amis, Francesco Baracca, qui était pilote d'avion de chasse durant la première guerre mondiale. La famille de Baracca autorisa Ferrari à utiliser cet emblème, affiché sur l'avion du militaire, et Enzo lui ajouta un fond jaune pour représenter la ville de Modène.

C'est en 1947 que l'aventure Ferrari est vraiment lancée, avec la 125 S, sa première voiture, qui remporte la même année la première course pour le compte du tout nouveau constructeur. Trois en plus tard, Ferrari s'engage dans le tout nouveau Championnat du monde de Formule 1, et y remporte sa première victoire un an plus tard, en 1951.

Enzo Ferrari
Enzo Ferrari

Cinq ans plus tard, la mort de son fils Dino le pousse à envisager d'arrêter l'activité de la marque, mais il poursuit finalement et développe un empire dans le sport automobile, avec des résultats probants en Formule 1, mais aussi aux 24 Heures du Mans, où il triomphe malgré des difficultés financières qui poussent Ford à vouloir prendre le contrôle de Ferrari. Au dernier moment, Enzo lui-même annule le projet, et le constructeur américain lance le projet GT40 pour laver cet affront en piste.

Véritable romantique dans la compétition, et à la tête d'une marque qui incarne aujourd'hui l'automobile italienne à elle seule, Enzo Ferrari était réputé pour être un dirigeant strict, lui ayant apporté son surnom de Commendatore. Décédé en 1988, il faisait du sport auto une véritable philosophie de vie : "J'ai consacré ma vie entière à l'automobile, ce triomphe de la liberté pour l'Homme".