Un mythe automobile. Et la voiture la plus chère du monde !

Ferrari 250 GTO. Évoquez ce modèle avec n'importe quel amoureux de l'automobile, et ses yeux brilleront instantanément. Pour certains, c'est la pureté de ses lignes qui parlera. Pour d'autres, son pedigree sportif. Et pour le plus grand nombre, son nom est sans aucun doute associé aux prix exorbitants qu'ont atteints certains exemplaires ces dernières années. Comment est-on passé de la bête de course à la voiture la plus chère du monde ?

Bizzarini, Scaglietti et Ferrari

Avant toute chose, il convient de décortiquer le nom de la Ferrari 250 GTO. Pour ce qui est du nombre "250", il s'agit du cubage en cm3 de chacun des 12 cylindres de la voiture. Ça c'est pour la partie mécanique. Quant à l'acronyme GTO, il désigne en italien le "Gran Turismo Omologata". Une manière de dire que la voiture peut courir en Grand Tourisme. 

D'ailleurs la 250 GTO dérive directement d'une reine des courses de Grand Tourisme, la 250 GT Berlinetta SWB. Elle a été dessinée pour concourir dans la catégorie FIA Group 3 GT et affronter les Jaguar Type E. Les Shelby Cobra et autres Aston Martin DP214 étaient aussi dans le viseur.

On attribue souvent le dessin de la Ferrari 250 GTO à Giozzo Bizzarini, alors ingénieur en chef à Maranello. C'est en partie vrai car il a en effet débuté le projet au début des années 1960 avec son équipe. Sauf qu'une dispute avec Enzo Ferrari en 1962 fera qu'il sera, comme une partie de ses ingénieurs, viré. C'est alors que Mauro Forghieri, nouvel ingénieur en chef, fera équipe avec le célèbre designer Sergio Scaglietti. La 250 GTO sera donc davantage un travail d'équipe que le projet d'une seule et même personne.

Le V12 de la Testa Rossa

Sous la carrosserie de la 250 GTO on retrouve un V12, pas n'importe lequel. Il s'agit du bloc de 2953 cm3 Colombo de la 250 Testa Rossa. Pour rentrer un peu dans les détails, il ne présente qu'un seul arbre à came en tête par rangée, il présente un rapport alésage/course de 73 x 58,8 mm et un système de lubrification par carte sec (168Comp/62). Les bougies quant à elles étaient placées à l'extérieur du V et six carburateur double corps Weber étaient aussi de la partie.

Au total la Ferrari 250 GTO développait 300 chevaux (221 kW), à 7500 tr/min. Le couple était de 294 Nm à 5500 tr/min. La puissance était transmise aux roues via une toute nouvelle boîte de vitesses à 5 rapports à dispositif de synchronisation, et un arbre de transmission à timonerie Watt.

La vitesse maximale annoncée lors de la présentation de la Ferrari 250 GTO en 1962 était de 280 km/h.

Différentes versions et carrosseries

Entre 1962 et 1964, période pendant laquelle les 36 exemplaires de la Ferrari 250 GTO ont été produits, la carrosserie a peu variée. Si ce n'est la dernière année, les trois derniers exemplaires ont été dessinés par Pininfarina et toujours produits par Scaglietti, et reprennent le style des 250 LM sport à moteur central de 1963. Quatre autres exemplaires, pourtant produits avant, seront eux aussi transformés sur ce modèle en 1964. 

À noter enfin qu'un dernier exemplaire de 250 GTO reprendra lui le style de la 330 LM Berlinetta de 1963, avec un arrière visuellement plus allongé.

Palmarès en compétition

Évidemment, difficile d'évoquer la Ferrari 250 GTO sans revenir sur son palmarès en compétition. L'Italienne goûte au podium dès sa première course, aux 12 Heures de Sebring 1962. Très vite, la 250 GTO devient une reine des circuits. 

Le modèle aura permis à Ferrari de remporter trois fois consécutivement le Championnat du monde des voitures de sport dans la catégorie Grand Tourisme de plus de 3 litres, de 1962 à 1964. Sans oublier ses succès dans de nombreuses courses nationales et internationales, la 250 GTO s'est également imposée à deux reprises aux 24 Heures du Mans, l'épreuve d'endurance la plus emblématique du monde.

Galerie: Ferrari 250 GTO de 1962

Ferrari 250 GTO (1962-1964)

Motorisation V12 à 60° / 2953,21 cm3
Puissance 300 ch (221 kW) à 7400 tr/min
Couple maximum 294 Nm à 5500 tr/min
Transmission Boîte de vitesses 5 rapports à synchronisation
Type de transmission Roues arrière
Longueur 4325 mm
Largeur 1600 mm
Hauteur 1210 mm
Poids 880 kg
Places Berlinetta 2 places
Vitesse maximum 280 km/h