La Scuderia Ferrari a débuté à Sotchi son travail sur la SF1000 pour rebondir après avoir "touché le fond" lors des GP précédents.

La sixième place de Charles Leclerc au terme du Grand Prix de Russie est un résultat plus que satisfaisant dans la saison 2020 morose de la Scuderia Ferrari. Ce d'autant plus que l'écurie sortait d'une série d'épreuves, dont deux en Italie, lors desquelles les performances et le déroulé des courses auront été proches de la catastrophe, avec un total famélique de cinq points engrangés lors des GP de Belgique, d'Italie et de Toscane.

L'écurie disposait à Sotchi d'une série de petites évolutions visant à corriger certains aspects négatifs de la SF1000, avec comme ambition de pouvoir compenser certaines faiblesses. Ces premiers éléments correctifs vont en appeler d'autres lors des prochaines épreuves, à commencer par celle du Nüburgring le week-end prochain.

L'évolution la plus visible se situe à l'arrière avec un nouveau dessin cranté sur le haut des plaques d'extrémité de l'aileron arrière (flèches rouges ci-dessous), qui s'inspire très nettement de ce que fait Mercedes. Cette solution avait en effet été introduite par la marque allemande lors du GP d'Allemagne 2019 et reprise depuis par Racing Point et Red Bull. Elle permet de modifier le vortex formé dans cette zone et donc de gagner en efficacité aérodynamique.

La plaque d'extrémité est également plus fine, avec des lamelles plus épaisses (flèches bleues ci-dessus), alors que la portion qui pend ne compte plus que trois éléments contre sept auparavant (flèches jaunes ci-dessus).

Laurent Mekies, directeur sportif de Ferrari, a expliqué que la volonté de l'écurie était de rebondir, en travaillant méthodiquement, après avoir connu d'importantes difficultés. Quand il lui a été demandé si le taux de progression cette année était aussi rapide qu'attendu, il a répondu : "La trajectoire n'était clairement pas celle que nous voulions, sinon nous n'aurions sans doute pas été dans cette situation. Nous avons, espérons-le, touché le fond, ce qui signifie que la situation ne s'est pas du tout déroulée comme nous le souhaitions."

"Mais je crois que nous sommes tout à fait conscients de ce que nous devons prendre à bras le corps et de nos faiblesses. Ces nouvelles pièces ne vont pas se matérialiser sur le temps au tour, mais il s'agit d'une étape pour comprendre si nous pouvons modifier les caractéristiques que nous n'apprécions pas en piste, et c'est ce que nous devons tester très soigneusement. C'est l'un des nombreux petits pas qui feront partie de notre route vers la relance."

D'autres pièces arriveront donc pour les prochains GP, même si Mekies est clair quant au fait qu'il ne s'agira pas d'éléments miracles pour améliorer les performances de la SF1000. "Nous avons quelques éléments sur la voiture qui viennent en réaction à l'identification des points que nous pensons devoir améliorer, et il y en aura un peu plus la semaine prochaine [au Nürburgring]. Et, de nouveau, comme je l'ai dit, ce ne sont pas des éléments pour du temps au tour. Ce sont des éléments pour vérifier que nous travaillons sur les bonnes choses au niveau des caractéristiques de notre voiture. Donc, espérons que ce ne soit que le début."

Avec Jonathan Noble et Matthew Somerfield