Retour sur deux saisons de joies et de larmes à Maranello.

Au cours des prochaines semaines, FerrariChat vous dévoilera les 10 meilleures monoplaces de Formule 1 construites par la Scuderia Ferrari. Ce top 10 se base avant tout sur le palmarès des voitures mais aussi sur leur importance dans l'histoire de la marque italienne.

En neuvième position, nous trouvons les Ferrari 126C2 et l'évolution 126C2B ayant participé aux championnats 1982 et 1983 de Formule 1. Avec deux championnats constructeurs remportés mais deux destins brisés, les Ferrari 126C2 et 126C2B illustrent une période très difficile vécue par les hommes et femmes de Maranello.

À la fin des années 1970, Renault montre le chemin à suivre en introduisant son moteur V6 turbocompressé en catégorie reine. Pourtant, le premier titre d'un moteur turbo est à mettre au compte de Ferrari, en 1982, grâce à la 126C2. Imaginée par l'ingénieur Harvey Postlewhaite, cette monoplace est la première Ferrari construite autour d'un châssis monocoque à exploiter au maximum l'effet de sol. 

Sur la piste, les Renault RE30B et Brabham BT50 sont bien plus rapides que l'Italienne. Mais la 126C2 bénéficie d'une meilleure fiabilité. Ainsi, Didier Pironi s'installe en tête du Championnat du monde au soir de la dixième manche de la saison 1982 en n'ayant signé qu'une seule pole position et deux victoires.

Parmi ces deux succès se trouve celui acquis lors du Grand Prix de Saint-Marin. À Imola, Pironi brave les consignes et lutte ardemment avec son équipier Gilles Villeneuve pour la victoire. Se sentant trahi par son ami Pironi et peu soutenu par son équipe, Villeneuve se tue deux semaines plus tard à Zolder, en tentant de battre le temps du Français en qualifications.

La mort du pilote canadien produit un tel choc à Maranello qu'il faut trois courses pour que l'on puisse trouver un successeur au volant de la monoplace frappée du numéro 27. Entre temps, Pironi augmente son avance au classement général mais une nouvelle carrière se brise.

Sur un circuit d'Hockenheim noyé par les eaux, Pironi se blesse gravement aux jambes dans un accrochage avec Alain Prost. Le pilote français manque d'être amputé sur place. Sa carrière en Grand Prix s'interrompt brusquement et ne reprendra jamais. En l'espace de quelques mois, le Commendatore perd ses deux enfants.

Les arrivées successives de Patrick Tambay et Mario Andretti chez Ferrari permettent à l'écurie italienne de remporter de justesse le championnat constructeurs face à McLaren. Mais absent des circuits, Pironi voit le titre lui échapper pour cinq points seulement. Ainsi se termine la carrière en Formule 1 de la redoutable - mais maudite - Ferrari 126C2.

Ferrari 126C2

En 1983, la FISA parvient enfin à interdire les jupes, elles qui permettaient aux monoplaces d'atteindre des vitesses folles en virage. Désormais, le plancher des Formule 1 est complètement plat. Chez Ferrari, Postlewhaite modifie la 126C2 pour faire place à une version "B" intérimaire, en attendant l'arrivée de la 126C3 à la mi-saison.

Côté pilotes, Andretti a définitivement raccroché son casque et il est remplacé par René Arnoux. Pour la première fois de son histoire, la Scuderia aligne un équipage 100% bleu-blanc-rouge ! Au volant d'une voiture vieille d'un an, Tambay et Arnoux offrent à Ferrari deux nouvelles victoires, à Imola et à Montréal. Le Grand Prix du Canada est d'ailleurs la dernière course de la 126C2B en Formule 1, remplacée par le modèle C3 lors de la manche suivante, en Grande-Bretagne.

Avec 44 points inscrits sur un total de 89, la 126C2B permet également à Ferrari de remporter une deuxième couronne consécutive chez les constructeurs. Ce sera la dernière avant la saison 1999.

Palmarès

24 Grands Prix

7 pole positions

3 meilleurs tours en course

17 podiums

5 victoires

2 championnat constructeurs

Fiche technique : 126C2 (1982)

Châssis Monocoque en aluminium, kevlar et fibre de carbone
Suspensions (avant et arrière) triangles, ressorts, amortisseurs télescopiques, barre anti-roulis
Moteur Ferrari Tipo 021 turbocompressé, 1 496,43 cm3,
580 ch à 11000 tr/min
Configuration du moteur V6 à 120°
Boîte de vitesses Ferrari 025 transversale
Électronique Injection indirecte Lucas-Ferrari
Système de carburant Réservoir de 240 litres
Système de freinage Freins à disque carbone Brembo

Dimensions : 126C2 (1982)

Longueur 4333 mm
Largeur 2110 mm
Hauteur 1025 mm
Empattement 2658 mm
Voie avant 1787 mm
Voie arrière 1644 mm
Poids 587,5 kg

Fiche technique : 126C2B (1983)

Châssis Monocoque composite en aluminium, kevlar et fibre de carbone
Suspensions (avant et arrière) triangles, ressorts, amortisseurs télescopiques, barre anti-roulis
Moteur Ferrari Tipo 021 turbocompressé, 1 496,43 cm3,
580 ch à 11000 tr/min
Configuration du moteur V6 à 120°
Boîte de vitesses Ferrari 025 transversale
Électronique Injection indirecte Lucas-Ferrari
Système de carburant Réservoir de 240 litres
Système de freinage Freins à disque carbone Brembo

Dimensions : 126C2B (1983)

Longueur 4333 mm
Largeur 2110 mm
Hauteur 1025 mm
Empattement 2660 mm
Voie avant 1770 mm
Voie arrière 1660 mm
Poids  578 kg

Galerie: Ferrari 126C2 & 126C2B (1982-1983)