Les monoplaces ayant remis Maranello au centre de la Formule 1.

Depuis ces dernières semaines, FerrariChat vous a dévoilé les 10 meilleures monoplaces de Formule 1 construites par la Scuderia Ferrari. Un top 10 qui continue de se baser sur le palmarès des voitures mais aussi sur leur importance dans l'histoire de la marque italienne.

En deuxième position, nous ne trouvons pas une mais trois monoplaces ! La Ferrari 312T et ses évolutions 312T2 et 312T2B, ayant disputé les saisons 1975, 1976 et 1977, se partagent la place de dauphin du classement. Ces modèles se trouvent réunis car leur design est très similaire. Le seul changement notable entre la 312T et la 312T2 ne concerne que la prise d'air centrale, disparue début 1976 suite à l'instauration de nouvelles règles.

Lorsque Mauro Forghieri, directeur technique de la Scuderia, est écarté au début des années 1970, rien ne va plus à Maranello. Les victoires se font rares depuis le dernier titre mondial, acquis en 1964. Rappelé en catastrophe, Forghieri a tout juste le temps de modifier sa propre 312B3 en 1974 avant de réaliser l'un de ses plus beaux chefs-d'œuvre : la sublime Ferrari 312 "T", pour Transversal.

Sur la sublime Ferrari 312T, le moteur 12 cylindres à plat - également conçu par Forghieri et actif en Formule 1 depuis 1970 - est désormais accompagné d'une boîte de vitesses transversale. Ainsi, cela permet une meilleure répartition des masses et donc de meilleures performances sur la piste. Niki Lauda a été fortement impliqué dans le développement de la monoplace. Les talents de mise au point de l'Autrichien associés à la magie de Forghieri font mouche : sur 24 engagements en 1975, Lauda et son équipier Clay Regazzoni n'ont abandonné que cinq fois.

Lauda s'adjuge neuf pole positions sur la saison et domine les débats. Pour la première fois depuis 1964, la Scuderia n'obtient non pas un mais deux titres mondiaux ! L'Autrichien et Regazzoni mettent fin à 11 ans de disette.

 

L'année suivante, en 1976, la 312T signe trois victoires supplémentaires avant d'être remplacée par son évolution : la 312T2. Suite à l'introduction de nouvelles règles, la monoplace est moins large que sa devancière et perd sa boîte à air au profit de deux prises "NACA". La 312T2 n'a rien à envier à la 312T, toutefois le grave accident de Lauda sur le Nürburgring l'éloigne des circuits pendant six semaines, ce qui permet à James Hunt de refaire son retard au classement général et d'être sacré Champion du monde sur le fil.

La Scuderia se console comme elle peut avec un deuxième titre Constructeurs, puis un troisième en 1977, toujours acquis avec la 312T2 (dans sa version "B"). La monoplace italienne se fait vieille : en vitesse pure, elle n'est que la quatrième force du plateau, régulièrement devancée en qualifications par Lotus, Brabham et Wolf. En revanche, Lauda peut compter sur une fiabilité exemplaire pour signer 10 podiums dont 3 victoires et quitter Ferrari avec le championnat Pilotes en poche.

En 1978, trois ans après sa première mise en circulation, le châssis 312T est remplacé par la nouvelle 312T3. Puis viendront la 312T4 de 1979 et son look de soucoupe volante, offrant à Ferrari son ultime titre Pilotes avant l'arrivée de Michael Schumacher, et la décevante 312T5 de 1980. Au soir de cette saison conclue à la dixième place du classement général, le pire résultat de l'histoire de la Scuderia, l'écurie entre dans une nouvelle ère avec l'arrivée de la 126CK à moteur turbo.

Palmarès

47 Grands Prix

16 pole positions

18 meilleurs tours en course

40 podiums

17 victoires

2 championnats Pilotes

3 championnats Constructeurs

Fiche technique : 312T

Châssis Monocoque tubulaire en acier avec panneaux en aluminium
Suspension avant Double triangle, culbuteurs, ressorts/amortisseurs "in-board" et barre antiroulis
Suspension arrière Triangles inférieurs inversés, bras supérieur et bras radial central 
Moteur 2992 cm3, 500 chevaux à 12500 tr/min
Configuration du moteur V12 à 180°
Boîte de vitesses Manuelle transversale 5 rapports + marche arrière
Système de freinage Freins à disque
Réservoir 200 litres

Dimensions : 312T

Longueur 4140 mm
Largeur 2030 mm
Hauteur 1270 mm
Empattement 2518 mm
Voie avant 1510 mm
Voie arrière 1530 mm
Poids 575 kg

Galerie: Ferrari 312T (1975)


Fiche technique : 312T2

Châssis Monocoque tubulaire en acier avec panneaux en aluminium
Suspension avant Double triangle, ressorts/amortisseurs "in-board"
Suspension arrière Bras supérieur, triangle inférieur, bras radial central
Moteur 2992 cm3, 500 chevaux à 12500 tr/min
Configuration du moteur V12 à 180°
Boîte de vitesses Manuelle transversale 5 rapports + marche arrière
Système de freinage Freins à disque
Réservoir 200 litres

Dimensions : 312T2

Longueur 4316 mm
Largeur 1930 mm
Hauteur 1020 mm
Empattement 2560 mm
Voie avant 1620 mm
Voie arrière 1560 mm
Poids 590 kg

Galerie: Ferrari 312T2