Un an après la "déclaration de guerre" entre Gilles Villeneuve et Didier Pironi, Patrick Tambay fait triompher le numéro 27 à Imola.

Afin de célébrer le retour du circuit d'Imola au calendrier, FerrariChat vous propose de revivre l'édition 1983 de ce Grand Prix de Formule 1. Cette année-là, Patrick Tambay sur Ferrari décroche une victoire pleine d'émotion.

Un an auparavant sur le même tracé, les Ferrari de Gilles Villeneuve et Didier Pironi s'étaient déchirées pour la victoire. Malgré une consigne d'équipe demandant aux deux hommes de ralentir, Pironi avait fondu sur son équipier, en tête de la course, avant de le dépasser dans le dernier tour.

Pour le fougueux pilote québécois, cette fin de Grand Prix est perçue comme une trahison. Villeneuve ne digèrera jamais ce qu'il s'est passé à Imola et se tuera deux semaines plus tard, lors des essais qualificatifs du Grand Prix de Belgique.

Suite au décès de Villeneuve et aux graves blessures de Pironi plus tard dans l'année, la Scuderia se retrouve sans pilote et aligne deux Français pour 1983 : Patrick Tambay et René Arnoux. Tambay hérite de la monoplace frappée du numéro 27, éternellement liée à Gilles Villeneuve, et rend le meilleur hommage possible au Canadien le dimanche 1er mai 1983, jour du Grand Prix de Saint-Marin.

Parti troisième, le Français dépasse son équipier Arnoux après avoir retardé son arrêt au stand. Encore mieux, Tambay profite d'une longue immobilisation de Riccardo Patrese pour prendre le commandement de la course. Mais la Brabham de l'Italien est bien plus rapide que la Ferrari du Français. En quelques tours, Patrese refait son retard, dépasse Tambay sans effort et... quitte la piste quatre virages plus loin !

Patrese est hors course, Tambay a le champ libre. Malgré un moteur qui ratatouille, le Français garde son calme, ménage sa mécanique et remporte le Grand Prix de Saint-Marin devant une foule en délire !

Tambay finit par tomber en panne dans son tour de décélération et les tifosi se précipitent sur lui. Le vainqueur de la course est porté à bout de bras tel un héros : un an après la défaite de Villeneuve, on a vengé le numéro 27.

Podium Imola 1983