Au moins la rupture ne s'est pas faite par SMS !

Avant même le coup d'envoi de la saison 2020, le monde de la Formule 1 a appris avec stupeur la non reconduction du contrat liant Sebastian Vettel à la Scuderia Ferrari, l'écurie italienne lui préférant les talents de Carlos Sainz.

Et si l'on croit les dernières révélations de Mattia Binotto, la décision n'a pas été facile à prendre. Le directeur d'équipe de la Scuderia a dû s'y prendre à trois reprises avant d'annoncer la mauvaise nouvelle au quadruple champion du monde par téléphone. 

"J'étais chez moi. Avant que je n'appelle [Sebastian Vettel], j'ai répété trois fois dans ma tête ce que je voulais lui dire", explique Binotto dans un entretien exclusif avec Sky Italia. "La décision n'a pas été facile. Nous l'aimons pour ce qu'il a été, pour son comportement, pour ce qu'il a donné à l'équipe ces dernières années."

Binotto justifie sa décision en évoquant l'avenir. Le défi que représentent les nouvelles règles techniques de la saison 2022 de Formule 1 pousse la Scuderia à modifier son effectif en profondeur et cela ne concerne pas le duo de pilotes uniquement.

"À un moment donné, il faut avoir la présence d'esprit de faire des choix payants pour l'avenir", avance le directeur d'équipe italien. "Nous nous approchons d'une nouvelle ère technique en 2022 et nous sommes en train d'assembler une nouvelle équipe dans tous les domaines. Nous avons le devoir et l'ambition de nous pencher sur le moyen et le long terme. En suivant cette logique, il a fallu trouver la force de faire certains choix."

"Est-ce que Seb l'a mal pris ? Non, il ne m'a pas raccroché au nez", poursuit Binotto. "C'est quelqu'un de très intelligent, très bon, et il n'a pas changé son comportement malgré une saison difficile. Il n'a jamais été négatif. À la place, il était très respectueux et n'hésitait pas à prendre des initiatives."

En six ans de collaboration avec la Scuderia, Sebastian Vettel ne sera pas parvenu à faire ce que son compatriote Michael Schumacher a réalisé en son temps : être sacré champion du monde au volant d'une Ferrari. Pourtant, le palmarès de Vettel à Maranello reste bien fourni. L'Allemand a signé 12 pole positions pour 14 victoires en Grand Prix et il est monté 54 fois sur le podium.

Galerie: Sebastian Vettel