Le pilote allemand se qualifie en quatorzième position.

Mais quand la descente aux enfers de Sebastian Vettel s'arrêtera-t-elle ? Une fois de plus, le pilote allemand déçoit. Sur un circuit d'Imola qu'il découvre, Vettel n'est pas parvenu à rivaliser avec son équipier Charles Leclerc en qualifications. Le quadruple champion du monde termine sa journée à la quatorzième place, derrière la Williams de George Russell.

"J'étais plutôt satisfait de mes tours mais c'est une évidence, nous n'étions pas assez rapides", déclare le pilote allemand. "En qualifications, le comportement de la voiture me plaisait, je me sentais plus en confort que lors des essais du matin et j'ai essayé d'en tirer le maximum."

"J'ai pris plus de risques, c'est pour ça que je suis sorti large dans la chicane [la Variante Alta, ndlr] et que j'ai perdu une position à cause de la règle des limites de la piste."

Contrairement au large circuit de Portimão, la piste d'Imola est très étroite, ce qui rend toute tentative de dépassement extrêmement difficile. Du haut de sa quatorzième position sur la grille de départ, Vettel ne s'attend pas à un miracle en course. Selon l'Allemand, la clé du Grand Prix d'Émilie-Romagne réside dans la préservation des pneumatiques.

"Demain, nous partirons en fond de grille. Ce sera donc compliqué de remonter car il est difficile de dépasser ici", avance le pilote Ferrari. "Il faudra surveiller les pneus, c'est important, et ensuite nous verrons. Je pense que nous nous dirigeons vers une course à un seul arrêt au stand. C'était la première fois que je roulais sur ce circuit aujourd'hui et je n'ai pas encore fini de trouver mes marques. Mais je dois admettre que c'est un plaisir de rouler sur cette piste. J'espère que nous reviendrons ici dans les années à venir."