Les rendez-vous manqués des belles voitures sur petit et grand écran.

Il suffit de demander à n'importe qui, amateur d'automobiles ou non, quelle voiture conduit James Bond pour obtenir la même (bonne) réponse : une Aston Martin. Les voitures ont la part belle au cinéma et à la télévision. Elles n'ont besoin que de quelques apparitions pour devenir de vrais mythes.

Mais certains modèles ont manqué leur rendez-vous avec l'Histoire. Pour rester dans le thème de James Bond, l'agent secret britannique n'aurait jamais dû se retrouver au volant d'une Aston Martin ! Dans les trois premiers romans de Ian Fleming, 007 conduit une Bentley Blower de 1931. Puis un fan écrit à l'auteur britannique pour lui soumettre l'idée de remplacer la vieille Bentley par quelque chose de plus flamboyant. Ainsi, dans Goldfinger, septième volet de la saga, on confie à Bond une Aston Martin DB3 bourrée de gadgets.

Et ces rendez-vous manqués concernent également le petit écran. Prenons l'exemple de la série Magnum. Un détective privé qui enquête dans une superbe Ferrari 308 GTS rouge, on a connu plus discret ! Il s'avère que les producteurs de la série prévoyaient initialement d'utiliser une Porsche 928 pour Tom Selleck, acteur principal.

Malheureusement, l'acteur américain de 1,93 mètre peinait à rentrer dans la petite Porsche et le constructeur refusait catégoriquement d'adapter sa voiture aux dimensions de Selleck. Ainsi, la production a dû se tourner vers un autre modèle, Ferrari acceptant de modifier sa 308 GTS pour accueillir le détective Thomas Sullivan Magnum III.

Et parfois, le choix initial des réalisateurs ne portait pas sur un modèle de voiture en particulier mais bel et bien sur de l'électroménager ! Dans le film Retour vers le Futur de Robert Zemeckis, le Doc et Marty McFly voyagent dans le temps grâce à une DeLorean DMC-12 fonctionnant à l'uranium et laissant une traînée de flammes sur son passage.

Mais lors des premiers scripts du film, il n'était pas question d'une voiture mais d'un réfrigérateur comme machine temporelle ! Finalement, c'est à Zemeckis que nous devons ce changement dans le scénario final. La raison : le procès du fondateur de l'entreprise, John DeLorean, pour trafic de stupéfiants mettait la DMC-12 sous le feu des projecteurs...

Galerie: Ferrari 308 GTS (1977)