Pas du tout, selon le directeur de la Scuderia !

Ce ne sont pas les meilleurs amis du monde mais nous sommes très loin d'une guerre ouverte entre Mattia Binotto et Toto Wolff en Formule 1 !

Depuis quelques mois, les deux hommes ne cessent de s'envoyer des piques suite à la révélation d'un accord passé secrètement entre la FIA et la Scuderia Ferrari concernant le V6 italien. La défense Binotto avait été qualifiée "d'énorme foutaise" par Wolff. Plus récemment, sans toutefois citer directement le nom de l'Italien, le directeur de Mercedes avait pointé du doigt "les décisions de certaines personnes" pour expliquer les multiples contre-performances de Ferrari en 2020.

Malgré une tension palpable entre les deux directeurs, Binotto ne tient pas à répondre à ces critiques. Lors d'une entrevue avec Sky Italia, l'Italien a tenu à minimiser la situation. "Est-ce que l'on se déteste lui et moi ? D'un point de vue sportif, [Toto Wolff] est mon principal adversaire, il gagne depuis des années. Mais il n'y a pas de haine", précise-t-il.

"Il y a du respect et il y a le désir de le battre", poursuit Binotto. "Ce n'est pas motivé par le simple fait de battre Toto et Mercedes, il s'agit de pouvoir ramener Ferrari aux avant-postes, la place qu'elle n'aurait jamais dû quitter."

Binotto a également clamé l'innocence de son écurie lors de l'enquête menée par la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA), en 2019. Ferrari n'a jamais souhaité dévoiler le contenu de cet accord dans le but de protéger des informations sensibles sur son unité de puissance.

"L'année dernière, aucun concurrent n'a porté réclamation à notre encontre", note le directeur de la Scuderia. "Ce qui a été fait plus tard est venu de la FIA, dans une période où nous étions concentrés sur le développement de la voiture de la saison 2020."

"Nous avons passé un accord simple : laissez-nous nous concentrer sur le futur, aidons-nous mutuellement afin de comprendre quelles sont les zones grises du règlement. Et aux endroits demandant une clarification, une clarification a été faite."

"L'accord était secret pour des raisons évidentes. Est-ce que nous aurions dû montrer notre moteur à tout le monde ? Cela n'a jamais été fait en Formule 1 et cela n'arrivera jamais."