Malgré les glissades, le pilote Ferrari s'est montré très compétitif en Turquie.

Contrairement à son équipier Sebastian Vettel, vainqueur de l'édition 2011 du Grand Prix de Turquie, Charles Leclerc découvre un nouveau circuit ce week-end. Malgré son inexpérience sur la piste d'Istanbul, le jeune monégasque n'a pas déçu en essais libres.

Une nouvelle fois, Leclerc a été le pilote Ferrari le plus rapide. Le récent resurfaçage du circuit turc a grandement impacté les performances des monoplaces lors deux premières séances d'essais libres, les pilotes glissant dans tous les virages du circuit et évitant de justesse le tête à queue ! 

Pourtant, la faible adhérence en piste n'a pas déplu à Leclerc. Le pilote Ferrari s'est même "amusé" avec de multiples contre-braquages pendant les 180 minutes d'essais du vendredi. "Au début, je n'étais vraiment pas convaincu par le niveau d'adhérence sur la piste", reconnaît-il. "Je me suis dit que j'allais passer un mauvais moment. Mais après quelques tours, j'ai vraiment, vraiment aimé ça."

"En réalité, c'était très amusant d'avoir si peu d'adhérence. Cependant nous devons comprendre les raisons derrière ça, ce n'est probablement pas la meilleure façon de passer un vendredi, nous n'avons pas appris grand chose. Mais en ce qui concerne le pilotage, c'était vraiment amusant et nous étions compétitifs également."

Un meilleur temps personnel de 1:28.731 octroie à Leclerc la 2e place de la deuxième séance d'essais libres, quatre dixièmes derrière la Red Bull de Max Verstappen. Le Monégasque s'est montré l'élève le plus studieux sur la piste d'Istanbul. Leclerc a parcouru 26 tours en Essais Libres 1 et 45 tours en Essais Libres 2, plus que n'importe quel autre pilote. 

Samedi, les météorologues prévoient de la pluie en Turquie, ce qui rendra les conditions de piste encore plus difficiles que lors des essais libres. Toutefois, Leclerc sent que la Scuderia aura une carte à jouer en qualifications.

"Je ne pense pas que [les conditions de piste] vont s'améliorer au fil du week-end donc c'est une bonne chose que d'avoir accumulé ces kilomètres aujourd'hui afin de mieux comprendre ces conditions", poursuit le Champion 2017 de Formule 2.

"J'espère que nous pourrons maximiser nos résultats demain. Les prévisions météo n'ont pas l'air bonnes. Je ne sais pas comment seront les conditions sous la pluie parce que j'avais déjà l'impression de piloter sur une piste détrempée aujourd'hui !"

"Demain, ce sera une journée pleine de pièges. Mais si nous ne commettons aucune erreur, avec notre compétitivité, nous pouvons saisir une belle opportunité."