Le Britannique triomphe à Istanbul, Sebastian Vettel décroche un podium inespéré.

C'est désormais officiel : Lewis Hamilton est septuple Champion du monde de Formule 1 ! Le pilote Mercedes remporte le Grand Prix de Turquie devant la Racing Point de Sergio Pérez et l'étonnant Sebastian Vettel. L'Allemand décroche son premier podium de la saison. 

Alors qu'il se met à pleuvoir à quelques minutes de l'extinction des feux, Lance Stroll est en mesure de rentrer dans l'Histoire. Hier, le Canadien avait signé la première pole position de sa carrière. Très décevantes en qualifications, les monoplaces de la Scuderia Ferrari partent 11e et 12e, Sebastian Vettel devant Charles Leclerc.

Dans son tour de mise en grille, Antonio Giovinazzi part à la faute ! L'Italien perd le contrôle de son Alfa Romeo et touche le mur, toutefois il parvient à regagner les stands pour effectuer des réparations. De plus, George Russell casse son aileron en entrant dans la voie des stands... Et la course n'a même pas encore commencé !

Lorsque les feux s'éteignent, les Racing Point prennent un superbe envol, à l'inverse des Red Bull. Dans le paquet, Vettel part comme un boulet de canon et pointe à la troisième place à la fin du premier tour ! Seul homme capable de repousser le titre d'Hamilton, les chances de Valtteri Bottas prennent du plomb dans l'aile en partant en tête à queue dans le premier virage. Renvoyé au fond du classement, Bottas s'apprête à vivre un Grand Prix infernal.

Perdu en 14e position, Leclerc est le premier homme à délaisser les pneus pluie pour les gommes intermédiaires, au tour 7. Il est imité par son équipier Vettel deux boucles plus tard. Ferrari a été la première équipe à s'arrêter et le pari paye ! Leclerc prend le record du tour en course et pointe à la dixième place une fois tous les changements de pneus effectués.

L'abandon de Giovinazzi au tour 14 provoque la neutralisation de la course par la voiture de sécurité virtuelle. En tête, Lance Stroll se créé un bon matelas d'avance, devant Sergio Pérez, Max Verstappen, Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et Alexander Albon.

 

Au drapeau vert, Verstappen décide de passer à l'attaque. Mais le pilote Red Bull se fait très, très peur en doublant Pérez. Le Néerlandais mord le vibreur dans la ligne droite opposée, la zone la plus rapide du circuit, part dans une série de toupies et, miraculeusement, ne casse rien ! Verstappen doit toutefois regagner les stands pour changer ses pneus et abandonne son rêve de victoire.

L'écart entre Stroll, Pérez et Vettel se resserre à la mi-course. Le pilote de la Scuderia mène une course digne d'un quadruple Champion du monde. Depuis le départ, Vettel parvient à contenir Hamilton, pourtant au volant d'une monoplace beaucoup plus performante.

Habituée aux mauvaises stratégies, Ferrari aura dictée celle du Grand Prix de Turquie. Leclerc effectue un nouvel arrêt pour chausser un second jeu d'intermédiaires, il est imité par de nombreux pilotes.

Il s'agit du tournant de la course : les Racing Point, Hamilton et Verstappen poursuivent avec des gommes très dégradées. Tous finissent par rentrer, sauf Pérez et Hamilton. Ce dernier le dépasse et fonce vers la victoire.

 

Les monoplaces rouges de Leclerc et Vettel retrouvent des couleurs en fin d'épreuve. Le Monégasque prend la troisième place, Vettel le suit de très près. Dans le dernier tour, Leclerc tente une ultime attaque sur la Racing Point de Pérez, deuxième. Mais il bloque ses roues et tire tout droit, ce qui permet à Vettel de s'infiltrer. L'Allemand chipe une place sur le podium à quelques mètres de la ligne d'arrivée !

Mais les caméras du monde entier n'ont d'yeux que pour un pilote Mercedes. Désormais, au sommet de la Formule 1, nous trouvons deux noms : Michael Schumacher et Lewis Hamilton, sept titres de Champion du monde chacun.