Le premier podium de la saison pour le pilote Ferrari aurait pu se transformer en victoire.

Quelle course de Sebastian Vettel ! Très à l'aise au volant de sa SF1000 et bien aidé par la stratégie de son équipe, le pilote Ferrari boucle le Grand Prix de Turquie à la troisième place. C'est le premier podium de la saison 2020 pour l'Allemand.

Le contraste entre les qualifications et la course de la Scuderia Ferrari est saisissant. Hier après-midi, sur le circuit d'Istanbul, Sebastian Vettel et Charles Leclerc étaient éliminés dès la Q2, à plusieurs secondes du top 10 ! Pourtant, les deux hommes terminent 3e et 4e du Grand Prix de Turquie dans des conditions similaires.

Un excellent envol propulse Vettel de la onzième à la quatrième place, devenue troisième après une erreur de Lewis Hamilton, futur vainqueur. Rattrapé puis dépassé par le septuple Champion du monde, Vettel n'a commis aucune erreur sous la pluie puis sur une piste séchante.

"C'était très intense, très long mais très amusant", commente Vettel avant de monter sur le podium, le premier depuis le Grand Prix du Mexique 2019. "Le premier tour était fantastique. J'étais très heureux avec les pneus pluie. Lorsque nous sommes passés aux intermédiaires, c'est devenu nettement plus difficile, sauf en fin de relais où nous avons retrouvé du rythme."

En optant pour un double relais en pneus intermédiaires, la stratégie de Ferrari a été la bonne. Les ingénieurs et pilotes ont longtemps débattu sur la question des pneus slicks, pour temps sec, mais aucun n'a osé tenter ce pari. Selon Vettel, la victoire de Lewis Hamilton avec des pneus intermédiaires presque lisses prouve qu'un passage aux gommes slicks aurait permis à Ferrari de monter sur la plus haute marche du podium.

"À 20 tours de l'arrivée, je me suis mis à penser aux pneus slicks parce que les pneus intermédiaires étaient déjà très usés", se souvient-il. "Personne n'a osé mettre des pneus pour le sec et une averse était prévue pour la fin de course, qui n'est jamais venue. J'aurais vraiment aimé pouvoir mettre des slicks, nous aurions pu gagner ainsi, mais une troisième place me satisfait amplement."

Longtemps quatrième, une opportunité de podium s'est présentée devant Vettel lors des derniers virages du dernier tour de course, suite à une tentative de dépassement ratée de son équipier Leclerc.

"Le dernier tour était très intense", explique l'Allemand. "C'est surprenant de monter sur le podium de cette manière mais j'en suis très heureux. J'ai vu Charles [Leclerc] revenir sur Sergio [Pérez] et on m'avait dit que Sergio était en difficulté avec ses pneus. Dès que j'ai vu Charles bloquer ses roues, j'ai compris qu'il y avait une opportunité à saisir. J'étais même tout proche de Sergio [sur la ligne d'arrivée], il ne restait plus de gomme sur ses pneus."