L'analyse de l'ancien pilote d'essai de la Scuderia.

La Scuderia Ferrari a réalisé une superbe performance lors du Grand Prix de Turquie. Le cheval cabré place ses deux monoplaces dans le top 5, une première cette saison, et quitte le circuit d'Istanbul avec 27 points de plus au classement général.

Comme lors de chaque week-end de Grand Prix de Formule 1, l'ancien pilote d'essai Marc Gené délivre une rapide analyse de la course.

"Nous savions que la première partie de la course allait être la plus difficile", indique l'Espagnol dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux de l'écurie italienne. "Nous savions également que les voitures s'élançant depuis le côté gauche de la grille de départ allaient souffrir. C'est ce qu'il s'est passé pour Charles [Leclerc]. Son départ n'a pas été bon, il n'avait aucune adhérence."

"Seb [Vettel] a effectué un excellent départ, il a gagné plusieurs places pour remonter quatrième. À ce moment de la course, je pense qu'il a été très, très costaud. Pour nous, les pneus pluie étaient les pires gommes à chausser et Seb faisait du très bon travail en gardant Verstappen et Hamilton derrière lui sans faire d'erreur." 

En revanche, Charles Leclerc a éprouvé plus de difficultés lors de la première partie de course, avec les pneus pluie. Les stratèges de la Scuderia ont opté pour un arrêt précoce afin de chausser les gommes intermédiaires, ce qui a permis au Monégasque de dépasser plusieurs concurrents.

"Charles avait plus de mal à remonter dans le classement et dépasser d'autres voitures donc nous avons dû anticiper notre premier arrêt au stand pour chausser les pneus intermédiaires, ce qui était la meilleure chose à faire car à partir de ce moment-là, Charles était le pilote le plus rapide en piste", poursuit Gené.

Ferrari a rappelé Leclerc puis Vettel au stand une seconde fois pour de nouveaux pneus intermédiaires, alors que les hommes de tête souhaitaient continuer jusqu'aux gommes slicks. Toutefois, la stratégie de Ferrari s'est révélée payante, les deux pilotes finissant respectivement 4e et 3e.

"Lorsque nous avons compris que la piste n'allait jamais suffisamment sécher pour les pneus slicks, nous avons fait un deuxième arrêt et nos deux voitures se sont battues pour le podium", explique Gené. "Charles a perdu la deuxième place au tout dernier moment et nous comprenons qu'il soit aussi frustré."

"Seb en a tiré profit en dépassant Charles, il a presque dépassé "Checo" [Sergio Pérez, ndlr] mais il termine troisième. C'est un superbe podium pour Sebastian et pour Ferrari. Seb le méritait après une année très difficile et je suis très heureux pour lui", conclut-il.