Vous ne devinerez jamais où la supercar a atterri !

La recherche de la voiture parfaite peut être une aventure frustrante, surtout lorsque l'on a jeté son dévolu sur une supercar italienne désirée par des millions d'autres amoureux. Nous parlons ici de la toute-puissante Ferrari F40, produite à 1315 exemplaires seulement.

Malheureusement, sur ces 1315 voitures, certaines n'ont pas survécu à l'épreuve du temps, d'autres ont vu leur valeur exploser. Et comme l'a découvert ce collectionneur américain, la F40 a aussi attiré les voleurs. En parcourant les sites Internet de petites annonces, Mark Gold pensait être tombé sur l'affaire du siècle : une Ferrari F40 venue du Japon, 200'000 euros moins chère que d'autres exemplaires mis en vente !

Certes, cette supercar jouit d'une belle popularité au pays du Soleil-Levant mais ce prix cassé a mit la puce à l'oreille du collectionneur. Tout simplement car c'était trop beau pour être vrai. Gold s'est rendu en personne au Japon afin de voir cette fameuse F40. Celle-ci était stockée dans un gigantesque hangar. Lorsque l'Américain a demandé au vendeur s'il était possible de faire examiner la voiture, celui-ci a étrangement refusé.

"Ça me rendait très nerveux donc j'ai écrit un message sur le forum de FerrariChat", a expliqué Gold. "J'ai demandé : 'Est-ce que vous connaissez ce numéro de série ?' Cinq minutes plus tard, Marcel Massini, qui est le plus grand historien de Ferrari, me répond : 'La voiture a été volée à Palerme en 1996, on ne la jamais retrouvée'."

Une chose est sûre, il faut être sacrément courageux (ou stupide ?) pour vendre sur Internet une voiture volée, et quelle voiture ! Avec si peu de F40 en circulation, les plus passionnés peuvent facilement retracer l'origine de chaque numéro de série. L'histoire, déjà folle, ne s'est pas arrêtée là. Une fois renseigné, l'acheteur américain a fait la chose la plus censée en appelant le poste de police de Palerme, lieu où la F40 avait disparu, "en espérant obtenir une récompense". Mais rien ne s'est passé comme prévu, une fois de plus...

"J'appelle le poste de police de Palerme", a-t-il poursuivi. "Personne ne répond. Je me dis que c'est dû au décalage horaire, qu'il doit être tard. Donc je les rappelle à 9 heures du matin chez eux. J'ai appelé cinq ou six fois, personne n'a décroché. Il n'y avait même pas de répondeur ! À ma connaissance, [la F40] est toujours au Japon. Mais elle n'est plus à vendre, donc peut-être que quelqu'un l'a achetée !"