La Scuderia change de position sur le futur Règlement Technique.

En 2022, la Formule 1 introduira une nouvelle règlementation technique. Le physique des monoplaces changera mais qu'en sera-t-il du groupe propulseur ? Pour l'heure, les différents motoristes de la discipline peinent à trouver un accord.

Mercedes, Championne du monde en titre depuis 2014, défend le gel des moteurs V6 hybrides. À l'inverse, Renault et Ferrari souhaitaient une modification des règles autour des unités de puissance. Louis Camilleri, président de Ferrari, a même affirmé qu'un gel était "contre l'esprit de la Formule 1."

Toutefois, le retrait de Honda à l'issue de la saison 2021 a perturbé les débats. Red Bull et AlphaTauri perdent leurs moteurs et la FIA pourrait intervenir et obliger un motoriste à collaborer avec ces équipes si celles-ci ne trouvaient pas de successeur au nippon.

Ferrari, peu enclin à laisser un concurrent direct exploiter son V6, fait donc machine arrière et rejoint Mercedes dans la défense du gel moteur. S'il venait à être appliqué, le gel permettrait à Red Bull et AlphaTauri de continuer à exploiter la version "2021" du moteur Honda lors des futures saisons de Formule 1.

Interrogé par Motorsport.com, Mattia Binotto indique qu'il "comprend la situation. Nous soutenons le fait d'essayer d'anticiper d'un an le gel des moteurs car cela voudrait dire essayer d'anticiper à 2025 la nouvelle réglementation des unités de puissance."

"Connaissant et comprenant la situation, ce n'est pas la première fois que Ferrari agit de manière responsable à cet égard", poursuit le directeur de la Scuderia. "Nous soutiendrons donc le gel des moteurs en anticipant d'un an les unités de puissance."

"Des discussions sont actuellement en cours avec la FIA et avec la F1 pour savoir si nous devrions envisager un mécanisme de convergence dans le cas où un motoriste se retrouverait vraiment loin en performance par rapport aux autres. Car il y aura un gel des performances entres les motoristes pour trois ans. Je crois que ces détails sont importants."

Désormais, seul Renault s'oppose encore au gel des moteurs lors de la saison 2022. Avec la perte du soutien de Ferrari, le losange pourrait renoncer à son tour. Une réponse devrait arriver d'ici le début du mois de décembre.