La première course de l'Espagnol chez Ferrari a été couronnée de succès.

Il y a 11 ans jour pour jour, le dimanche 14 mars 2010, Fernando Alonso disputait son premier Grand Prix de Formule 1 au volant d'une Ferrari... et triomphait ! Certes bien née, la Ferrari F10 de l'Espagnol a surtout bénéficié d'un coup de pouce du hasard. Instant flashback !

Mars 2010. Pour la seconde fois de son histoire, Bahreïn s'apprête à ouvrir le bal en Formule 1. Le circuit de Sakhir sera le lever de rideau d'un Championnat du monde fêtant ses 60 ans. Pendant le week-end de course, les anciennes gloires de la discipline se réunissent sur le circuit et prennent le volant de leur bolide d'antan. 

John Surtees, Bahreïn 2010

Nouvelles têtes, nouveau tracé

Si l'on se penche sur le plateau, la saison 2010 est synonyme de remue-ménage. Cinq pilotes font leurs débuts en catégorie reine, Michael Schumacher met un terme à sa première retraite et fait son come-back dans la nouvelle écurie Mercedes (anciennement BrawnGP) et Ferrari a un nouveau duo de pilotes. Blessé en 2009, Felipe Massa est de retour à Maranello. Il est épaulé par Fernando Alonso, Champion du monde en 2005 et 2006.

Trois nouvelles écuries font également leur entrée en Formule 1. HRT, Lotus et Virgin portent le nombre total d'engagés à 24 pilotes. Une première depuis 1997 ! Les organisateurs du Grand Prix de Bahreïn redoutent l'apparition d'embouteillages et, en espérant favoriser les dépassements, utiliseront la configuration "Endurance" du circuit au lieu de la traditionnelle version "Grand Prix". Ainsi, le circuit est rallongé de près d'un kilomètre et compte 9 virages supplémentaires.

Bahreïn 2010
Felipe Massa, Bahreïn 2010

Cependant, les pilotes prennent le tracé en grippe. Peu intéressante du point de vue du pilotage, il est difficilement possible - pour ne pas dire impossible - de dépasser au sein de la nouvelle section.

Les séances d'essais libres voient plusieurs écuries se disputer le meilleur temps. Cependant, la pole position se joue entre les pilotes Ferrari et Sebastian Vettel. L'Allemand a le dernier mot en Q3 et signe la sixième pole de sa carrière.

Triomphe heureux

Le jour de la course, le pilote Red Bull réussit son envol à l'extinction des feux. Il est immédiatement pris en chasse par la Ferrari d'Alonso mais le double Champion du monde n'est pas en mesure d'attaquer Vettel.

La course semble jouée mais dans les ultimes boucles, la promenade de santé de Vettel tourne à la catastrophe. Le jeune allemand ralentit de plus en plus sans que son équipe n'en comprenne la raison. Une bougie défectueuse prive Vettel de la victoire, et même du podium, puisqu'il est dépassé successivement par Alonso, Massa et Hamilton.

Un petit coup de pouce du destin permet à l'Espagnol de rejoindre un club très privé. En compagnie de Juan Manuel Fangio, Giancarlo Baghetti, Mario Andretti, Nigel Mansell et Kimi Räikkönen, Alonso remporte son premier Grand Prix disputé à bord d'une Ferrari. Massa permet à la Scuderia de célébrer davantage en accrochant la deuxième place, dans le sillage de son équipier.

Podium, Bahreïn 2010

Épilogue

Cette victoire d'Alonso marque le début d'une saison folle, mêlant cinq pilotes dans la course au titre. Les 43 points inscrits sur le week-end bahreïni donne une bonne avance à Ferrari au classement Constructeurs mais les Red Bull de Vettel et Webber vont se montrer les plus redoutables tout au long de l'année.

Enfin, il faudra attendre le Grand Prix d'Australie 2017, soit sept ans après Bahreïn, pour qu'un autre pilote Ferrari, Vettel, retrouve le chemin de la victoire en lever de rideau du Championnat du monde.