Charles Leclerc arrache le point de la dixième place.

En Formule 1, Lewis Hamilton remporte avec autorité le Grand Prix de Bahreïn. La course a été marquée par deux accidents : tout d'abord le terrible crash de Romain Grosjean qui a traversé le rail de sécurité et le tonneau de Lance Stroll.

La Scuderia Ferrari a souffert sur le circuit de Sakhir. Charles Leclerc parvient à terminer 10e suite à l'abandon de Sergio Pérez en fin de parcours. Sebastian Vettel est 13e.

Le soleil est déjà couché lorsque les monoplaces s'alignent sur la grille de départ. La veille, Lewis Hamilton a dominé la séance qualificative pour aller chercher la 98e pole position de sa carrière. Le pilote Mercedes s'élance devant son équipier, Valtteri Bottas, et les deux Red Bull de Max Verstappen et Alexander Albon.

Les pneumatiques Pirelli ont particulièrement souffert depuis le début du week-end, à tel point que le manufacturier italien prévoit une stratégie idéale comportant deux ou trois arrêts au stand ! Les pilotes du top 10 ont délaissé les gommes tendres en Q2 et partiront avec les pneus medium. Seul Charles Leclerc, Romain Grosjean et Nicholas Latifi partent avec les pneus durs. Carlos Sainz a opté pour les tendres.

L'effroyable accident de Romain Grosjean

En fond de grille, Romain Grosjean est victime d'un accident monstre au départ de la course. Bloqué derrière son équipier au ralenti, Grosjean se déporte sur la droite et entre en contact avec Daniil Kvyat. Le pilote Haas est envoyé comme un boulet de canon vers le rail intérieur. 

La voiture du Français traverse le rail et se coupe en deux. Le réservoir d'essence est éventré et un incendie se déclare sur l'impact. L'arrière de la voiture de Grosjean se trouve d'un côté du rail, le cockpit de l'autre côté. Entouré par les flammes, le pilote s'extirpe seul de son épave. Grosjean, qui a encaissé 53g, semble être indemne, ce qui est un véritable miracle devant la violence de cet accident.

Romain Grosjean
Romain Grosjean

Nouveau crash au départ

La course est immédiatement interrompue par le drapeau rouge. Il faut plus d'une heure pour que les commissaires de piste découpent et remplacent le rail de sécurité. La course est relancée à 16h, une heure et vingt-cinq minutes après le premier départ du Grand Prix. Le classement a été arrêté au moment de l'accident de Grosjean. Hamilton mène le cortège, devant Verstappen, Pérez et Bottas. Vettel est dixième, Leclerc est douzième.

Le second départ se passe sans encombre... jusqu'au huitième virage. Lance Stroll est envoyé en tonneau par Daniil Kvyat, qui aura été mêlé à deux accidents aujourd'hui ! Le Canadien termine sur le toit, la voiture de sécurité entre en piste.

Au départ, Leclerc se jette à l'intérieur de Vettel pour le dépasser. L'Allemand doit céder afin d'éviter l'accident et se plaint du geste de son équipier dans une communication radio. "On ne peut pas faire ça, se jeter comme si on était seul en piste ! C'est comme en Autriche !", peste Vettel.

 

Guerre des pneus

Victime d'une crevaison sur sa Mercedes, Bottas doit s'arrêter au stand. Le Finlandais chausse les pneus durs et ressort en 16e place. Devant, Leclerc est survolté. Le Monégasque défend durement sa position mais le rythme de la Ferrari ne lui permet pas de rester aux avant-postes. L'autre monoplace, celle de Vettel, est lanterne rouge. L'Allemand indique à son stand que sa voiture est "inconduisible".

Au 17e tour, Daniel Ricciardo donne le coup d'envoi de la première salve d'arrêts au stand. L'Australien délaisse les medium pour des gommes dures. Vettel s'arrête encore au 21e tour, les pneus durs n'ont pas l'air de fonctionner. L'Allemand rechausse les medium. Leclerc l'imite trois boucles plus tard, cette fois-ci pour enfiler les pneus durs. Le Monégasque quitte la voie des stands en douzième position.

Fin de course

La stratégie diffère entre Hamilton et Verstappen lors du second relais. Le Néerlandais est en durs, le Britannique est en medium. Par la suite, les deux hommes se retrouvent chaussés des pneus durs pour aller au bout du Grand Prix. Chez Ferrari, il n'y a aucun signe d'amélioration. Les deux voitures sont au-delà du top 10.

Verstappen tente un coup de poker en s'arrêtant une troisième fois à dix tours de l'arrivée. Le Néerlandais quitte les stands avec les pneus medium, à 27 secondes d'Hamilton. Ce dernier décide de poursuivre avec ses gommes usées. Hamilton est bien inspiré puisque ses enveloppes dures tiennent la distance et Verstappen ne remonte pas sur la Mercedes.

 

Catastrophe dans le camp Racing Point ! À quelques kilomètres du drapeau à damier, le moteur de Sergio Pérez rend l'âme dans un panache de fumée. Le Mexicain renonce au podium, son équipe perd gros au classement Constructeurs. 

La voiture de sécurité sort une seconde fois et emmènera les pilotes jusqu'à la ligne d'arrivée. Hamilton remporte le Grand Prix de Bahreïn, devant Verstappen et Albon. Norris, Sainz, Gasly, Ricciardo, Bottas, Ocon et Leclerc complètent le top 10.