Une mauvaise stratégie aura eu raison des rêves de troisième couronne pour Fernando Alonso.

La semaine dernière, FerrariChat revenait en détail sur le Grand Prix de Bahreïn 2010, lever de rideau de la saison et théâtre de la première victoire de Fernando Alonso en rouge. Cependant, l'histoire de la saison 2010 de Ferrari connaît une fin tragique. Celle-ci a eu lieu à Abu Dhabi, sur le circuit de Yas Marina.

Les fans de Formule 1 les plus anciens ont encore en mémoire la photo des "quatre fantastiques" de 1986 : Ayrton Senna, Alain Prost, Nigel Mansell et Nelson Piquet. Quatre hommes se battant pour le championnat. 24 ans plus tard, ils sont de nouveau quatre à prétendre au titre mondial.

Ayrton Senna, Alain Prost, Nigel Mansell, Nelson Piquet
Sebastian Vettel, Fernando Alonso, Lewis Hamilton, Mark Webber

En tête du classement général depuis le Grand Prix de Corée du Sud, Fernando Alonso aborde le week-end d'Abu Dhabi en très bonne posture. L'Espagnol a 8 points d'avance sur son dauphin, Mark Webber. Plus loin, Sebastian Vettel compte 15 points de retard sur Alonso. Enfin, Lewis Hamilton est toujours dans la course au titre mais pour l'emporter, il faudrait un miracle, à savoir l'abandon d'Alonso et un très, très mauvais Grand Prix des pilotes Red Bull.

Dans le paddock d'Abu Dhabi, Alonso peut compter sur le soutien total de son écurie, la Scuderia Ferrari, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Par exemple, Red Bull est tiraillée entre ses pilotes, Webber et Vettel. L'Australien est le mieux classé des deux, pourtant la préférence de son équipe semble pencher vers Vettel. Il faut dire que, contrairement à Webber, le pilote allemand est un pur produit Red Bull, soutenu par la marque depuis ses débuts en sport automobile.

La séance qualificative tourne à l'avantage d'une Red Bull. Après avoir signé le meilleur temps en Q1, Alonso rétrograde au troisième rang et s'élancera derrière Vettel, en pole position, et Hamilton. Webber n'est que cinquième sur la grille de départ.

Ce dernier, vainqueur à quatre reprises cette saison, peine à être compétitif sur le circuit de Yas Marina. Cependant, la Scuderia va calquer sa course sur l'Australien et "oublier" la menace Vettel. Ainsi, lorsque Webber effectue son unique arrêt au stand, en tout début d'épreuve, Ferrari fait arrêter Alonso quelques minutes plus tard afin de couvrir la stratégie employée par Red Bull. Grave erreur !

Car, pendant ce temps, Vettel reste en piste et prolonge son relais d'une dizaine de tours en bénéficiant d'une piste libre. Cet avantage crucial lui permet de ressortir des stands avec une avance confortable sur son équipier et sur Alonso, tous deux englués dans le trafic...

2010 marque la dernière saison d'une Formule 1 sans DRS, outil permettant de faciliter les dépassements en ligne droite en surélevant l'aileron arrière pour gagner de la vitesse. Et donc, en 2010, et surtout sur un circuit comme celui d'Abu Dhabi, les dépassements étaient très difficiles à réaliser. Alonso est en train de l'apprendre à ses dépens.

Vitaly Petrov, Fernando Alonso

Ressorti des stands en 12e position, tout juste devant Webber, le pilote Ferrari voit un aileron arrière jaune se dresser en face de lui. La Renault de Vitaly Petrov, qui s'est arrêtée à la fin du premier tour, est parvenue à se hisser devant une Ferrari et une Red Bull !

Du tour 15 au tour 55, le dernier de la course, Alonso n'arrive pas à trouver l'ouverture sur un Petrov imperturbable. Si les stratèges de Ferrari ne s'étaient pas précipités en couvrant l'arrêt précoce de Webber, si Alonso était resté quelques minutes supplémentaires en piste, alors le résultat aurait été bien différent...

Car l'Espagnol termine la course à la 7e place et n'inscrit que 6 points, contre 25 pour Vettel. Pour quatre petites unités, l'Allemand est sacré Champion du monde 2010 ! Le pilote Red Bull devient également le pilote le plus jeune à être sacré, à 23 ans, 4 mois et 11 jours.

Comme en 2008, Ferrari prend un énorme coup sur la tête. Si Massa était deuxième du classement avant de prendre le départ de la dernière course de cette saison-ci, Alonso menait la danse en 2010... Réalisant l'erreur stratégique de son équipe en ne parvenant pas à trouver l'ouverture sur Petrov, le double Champion du monde est très remonté contre le Russe dans le tour de rentrée au stand avant de relativiser face aux journalistes.

"Quand vous couvrez quelqu'un, vous donnez un avantage aux autres", a-t-il expliqué à la BBC. "Il fallait alors choisir entre couvrir Vettel ou couvrir Webber. Nous avons choisi Webber et puis ce fut très difficile de dépasser Petrov. La Renault est très rapide, la course a été très frustrante derrière lui. Mais ça fait partie du sport et de la course automobile. Parfois on gagne, parfois on perd."