Partir dernier ? Aucun problème pour Sebastian Vettel !

Suite au départ de Sebastian Vettel, une page se tourne à Maranello. En hommage, FerrariChat passe en revue les trois plus belles courses du pilote allemand au sein de la Scuderia Ferrari. La dernière course de ce classement chronologique est le Grand Prix d'Allemagne 2019. Bien que Vettel n'ait pas remporté la course ce jour-là, il a marqué les esprits !

Nous sommes le 28 juillet 2019 et la Scuderia est dans une position des plus délicates en Formule 1. Certes, la SF90 est moins rapide que les Flèches d'Argent de Mercedes mais elle a eu plusieurs occasions de remporter une course, sans jamais y parvenir : Charles Leclerc a été victime d'un problème moteur à Bahreïn puis d'une attaque imparable de Max Verstappen en Autriche tandis qu'une pénalité litigieuse a privé Sebastian Vettel d'une victoire au Canada.

Et la série noire ne risque pas de prendre fin en Allemagne puisque la Scuderia est une nouvelle fois victime d'une fiabilité hasardeuse. En qualifications, Leclerc n'a pas réalisé de temps en Q3 et s'élancera 10e. Et c'est pire pour Vettel. À domicile, le quadruple Champion du monde partira dernier. Le jour de la course, il pleut des cordes à Hockenheim. Le circuit, détrempé, comporte désormais de nombreux pièges, les mêmes ayant privé Vettel de la victoire en 2018. L'Allemand doit absolument saisir sa chance et profiter de la pluie pour laver l'affront.

Pourtant, la première moitié de sa course est très sage. Après un bon envol, Vettel atteint bien rapidement le 7e rang. Mais il ne parvient pas à gagner davantage de positions alors que les premières erreurs sont commises : Sergio Pérez est éliminé dès les premiers mètres de course, puis Carlos Sainz et Lance Stroll partent tour à tour en tête-à-queue mais peuvent repartir.

C'est peut-être cela qui aura sauvé Vettel dans les moments les plus difficiles de la course. Alors qu'il se remet à pleuvoir et que certains sont chaussés des pneus slicks, le pilote Ferrari garde son calme et ses quatre roues dans les limites de la piste... ce qui n'est pas le cas de son équipier. La sortie de piste et l'abandon de Charles Leclerc mettent le feu aux poudres. 

Sebastian Vettel

Lewis Hamilton part lui aussi à la faute au tour suivant, dans le même virage que Leclerc ! Le pilote Mercedes casse son aileron et doit couper la ligne blanche pour rejoindre les garages, ce qui lui vaut une pénalité de cinq secondes le repoussant vers le ventre mou du peloton.

À 18 tours du but, Vettel est redescendu à la 10e place, les choix de gommes des têtes pensantes du cheval cabré n'étaient pas des plus judicieux. Mais les principaux rivaux de Vettel se retrouvent hors course, il peut donc librement faire parler tout son talent pour fendre le peloton. Au Tour 51, l'Allemand est 7e, puis 6e au Tour 54, puis 5e au Tour 57 !

Il ne reste plus que trois tours à parcourir et Vettel est aux portes du podium. Il se défait facilement de Lance Stroll, troisième, puis de Daniil Kvyat, deuxième, alors que les tifosis présents dans les tribunes d'Hockenheim explosent de joie ! Vettel franchit la ligne d'arrivée en deuxième position, à sept secondes du vainqueur Max Verstappen. 

Sebastian Vettel
Sebastian Vettel

"C'était une longue course, j'avais l'impression que ça n'allait jamais se terminer", confie Vettel. "C'était très amusant mais aussi très difficile de prendre les décisions les plus malines dans ces conditions. Avant la dernière voiture de sécurité, j'ai pris conscience que j'étais un peu plus rapide et que je pouvais dépasser. J'ai vu beaucoup de monde se montrer prudent au premier virage donc je suis resté proche d'eux et j'ai pu ouvrir mon DRS dans la ligne droite suivante."

Vettel quitte le circuit d'Hockenheim en ayant gagné 18 positions, ce qui est sa deuxième plus grosse remontée après le Grand Prix d'Abu Dhabi 2012 (parti 24e, arrivé 3e) ! Il est donc bien normal de voir le pilote Ferrari afficher un grand sourire sur le podium. Même s'il ne remporte pas cette course, le show offert par Vettel lors du Grand Prix d'Allemagne 2019 est l'une des meilleures prestations de sa longue carrière de pilote de Formule 1.