Retour sur six ans de joies et de peines.

L'aventure entre Sebastian Vettel et la Scuderia Ferrari avait débuté le 29 novembre 2014 à Maranello, elle s'est terminée le dimanche 13 décembre 2020 à Abu Dhabi. Pendant plus de six ans, l'Allemand a été formidable comme fantomatique et décevant comme divin. Une chose est sûre, Vettel n'a laissé aucun tifosi indifférent.

Même si le pilote n'a pas été en mesure de décrocher un titre mondial avec Ferrari, il reste le 3e meilleur "performer" de l'histoire de la Scuderia ! Du haut de ses 14 victoires en Grand Prix, seuls Niki Lauda (15) et Michael Schumacher (72) se dressent devant Vettel.

Comme le montre notre vidéo ci-dessus, l'association Vettel-Ferrari débute en fanfare. En 2015, le quadruple Champion du monde signe trois succès, les premiers de Ferrari dans l'ère des moteurs V6 hybrides, et permet au cheval cabré d'être vice-champion du monde Constructeurs. Un résultat répété à trois autres reprises, en 2017, 2018 et 2019.

Le point d'orgue de cette association arrive au soir du Grand Prix de Monaco 2017. Au volant de la SF70H, Vettel devient presque intouchable et, 16 ans après la dernière victoire de Schumacher en Principauté, il ramène le trophée du vainqueur à Maranello. À cet instant précis, Vettel compte 25 points d'avance sur Lewis Hamilton au classement général.

Malheureusement, la suite des événements n'avantagera pas l'Allemand. En deuxième partie de saison 2017, des problèmes de fiabilité apparaissent alors que les Flèches d'Argent de Mercedes continuent d'engranger les victoires. En 2018, c'est au tour du pilote de lâcher prise, en témoigne cette sortie de piste en Allemagne, alors que Vettel avait pratiquement course gagnée. 

Ce dernier a l'air de ne s'être jamais vraiment relevé de cette faute. Car après l'épisode douloureux d'Hockenheim, les tête-à-queue deviennent monnaie courante pour Vettel, qui commence à être raillé sur les réseaux sociaux. Et puis, l'arrivée de Charles Leclerc finit de faire tomber le pilote Ferrari de son piédestal. Le Monégasque est plus jeune, plus agile à bord de la SF90. Solide leader d'équipe au début de la saison 2019, Vettel est en passe de finir l'année avec le statut de numéro 2.

Il n'y aura pas de baroud d'honneur en 2020. La SF1000 ne permet même pas au pilote allemand de quitter la Scuderia sur une note heureuse. Vettel se contente d'un seul podium et d'un score total de 33 points, son plus mauvais résultat depuis 2007, alors qu'il n'avait disputé que la moitié de la saison ! Une bien triste fin pour celui qui souhaitait suivre les traces du Baron rouge, son idole, à Maranello.

Les statistiques de Vettel avec Ferrari

118 Grands Prix

14 victoires

12 pole positions

55 podiums

14 meilleurs tours en course

1400 points

12 points / Grand Prix

13 abandons