En 2020, le pilote Alfa Romeo a réalisé d'excellents envols.

En difficulté lors de sa première saison complète en Formule 1, en 2019, Antonio Giovinazzi a progressivement redressé la barre au sein de l'écurie Alfa Romeo. Confronté à l'expérimenté Kimi Räikkönen, l'Italien s'est qualifié à neuf reprises devant son équipier en 2020.

Mais lors de cette saison, Giovinazzi s'est surtout distingué en prenant de bons départs et en bouclant des premiers tours de course très efficaces. Une scène courante en 2020 était de voir le pilote Alfa Romeo éliminé en Q1 le samedi et aux portes des points le lendemain, à la fin du premier tour !

Mais quel est le secret de Giovinazzi ? Questionné par Motorsport.com, le pilote de 27 ans explique que ses bons départs en catégorie reine ne sont pas dus au hasard.

"Après les qualifications, nous faisons le débriefing, nous visionnons le meilleur tour et nous regardons ce qui doit être amélioré", précise Giovinazzi. "Mais après ce moment, je suis concentré à 100% sur la course et surtout sur le départ."

"Avec les voitures que nous avons cette année et avec la difficulté de suivre un autre pilote et de le dépasser, je pense qu'un bon départ et un bon premier tour rend la course beaucoup plus facile. Je me concentre beaucoup sur le visionnage de vidéos des années passées, que ce soit les départs ou les caméras embarquées. Et je dirais que ça fonctionne assez bien. Je suis vraiment heureux du travail que j'ai fait cette saison et je continuerai à travailler comme ça à l'avenir."

En raison de la pandémie de Covid-19, la Formule 1 a dû revoir son calendrier et visiter de nouveaux tracés. Dans cette situation, Giovinazzi a eu recours à des vidéos d'autres disciplines pour définir la meilleure ligne à emprunter à l'extinction des feux.

"Quand nous nous rendons sur un nouveau circuit, j'essaie de regarder toutes les vidéos que je peux trouver sur ce circuit, même dans les autres catégories comme la Formule 4", poursuit-il.

"J'essaie de tirer quelque chose de ces vidéos mais ce n'est jamais facile. Il est beaucoup plus simple d'avoir beaucoup d'images à disposition, comme à Bahreïn. J'ai couru sur ce circuit plusieurs fois et il y a beaucoup de départs différents que l'on peut voir en ligne."