Cette entreprise donne une nouvelle vie aux classiques du Cheval Cabré.

Nous sommes nombreux à penser que les voitures de collection ne doivent pas prendre la poussière dans un musée ou dans le garage d'un millionnaire. Ces voitures méritent encore de rouler, de sentir la résistance de l'air et les aspérités du bitume.

Mais comme pour n'importe quelle voiture, la conduite finit par user les pièces. Fort heureusement, des entreprises comme GTO Engineering au Royaume-Uni s'occupent de fournir de nouveaux composants pour les Ferrari les plus âgées.

À l'origine, GTO Engineering ne s'occupait que de travaux de restauration avant de réaliser que la demande des pièces de rechange d'anciennes Ferrari était suffisamment importante pour que leur fabrication devienne rentable. Pour citer Platon, la nécessité est la mère de l'invention. C'est pour cette raison que l'entreprise GTO Parts a été lancée en 1996.

GTO Engineering

Pour garantir un montage et un fonctionnement corrects, GTO Parts utilise les dessins originaux des pièces de Ferrari. Grâce aux merveilles des logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) et des machines-outils à commande numérique, le contrôle qualité est plus facile à gérer que par le passé.

Au fil des années, l'offre de niche s'est développée et s'étend désormais sur la plupart des modèles Ferrari : des raretés des années 1960 aux modèles les plus récents, comme la 599 GTO, en passant par la mythique Ferrari F40. Pratiquement toute la gamme du Cheval Cabré est couverte. Cela signifie que les propriétaires peuvent conduire leur voiture sans craindre de casser une pièce et de ne pas pouvoir la remplacer.

Aujourd'hui, GTO Engineering possède deux magasins, l'un au Royaume-Uni et l'autre à Los Angeles, en Californie.

Et le plus naturellement possible, l'activité de fabrication de pièces de rechange a poussé GTO Engineering à concevoir également des Ferrari Replica. La société propose sa propre gamme de voitures. Récemment, elle a dévoilé le projet Moderna, une voiture de sport moderne inspirée des modèles classiques de Ferrari, notamment la 250 GT SWB.