L'une des dernières Formule 1 à moteur V12 de la Scuderia !

Elle n'aura disputé que six Grands Prix, pourtant la Ferrari 412T1 de 1994 est l'une des monoplaces des années 1990 les plus emblématiques de l'histoire de la Scuderia Ferrari. Mais qu'est-ce qui rend cette voiture si spéciale ? FerrariChat.fr vous révèle ses secrets !

Comme l'ensemble des équipes de Formule 1, Ferrari doit se plier aux nouvelles règles de la FIA en 1994. Le changement majeur dans la réglementation ne concerne pas l'esthétique des monoplaces mais bien l'intérieur de celles-ci. Les aides électroniques, dont l'ABS, le contrôle de traction et les suspensions actives, sont bannies.

La Ferrari F93A de 1993 devient donc obsolète, les ingénieurs de Maranello doivent lui trouver une remplaçante qui permettra au Cheval Cabré de retrouver le chemin de la victoire, perdu depuis 1990.

Extérieur

Sous la direction de John Barnard, rappelé par Luca di Montezemolo l'année précédente, les ingénieurs conçoivent la 412T1. Son nom vient des 4 valves pour chacun des 12 cylindres, le T indiquant la position transversale de la boîte de vitesses et faisant référence à la série des 312T de Mauro Forghieri.

Cette monoplace suit la mode lancée par Tyrrell et Benetton au début des années 1990 en arborant un nez relevé et arrondi pour mieux rediriger le flux d'air et obtenir un meilleur appui aérodynamique. La monoplace italienne se distingue de ses concurrentes par la sculpture de ses pontons, prenant la forme d'une bouteille de Coca-Cola et présentant des ouvertures ovales. 

Intérieur

Les ingénieurs ont tracé les premières esquisses de la 412T1 en 1993, en tenant compte du flou autour du futur changement de règles. Ainsi, une certaine flexibilité a été maintenue lors de la conception de la monoplace. Seule certitude, la taille du réservoir a été réduite suite à la réintroduction des ravitaillements en essence.

Sous le capot moteur, aucune surprise. Le V12 de 3,5 litres, très cher aux yeux de Ferrari, propulse la monoplace de Jean Alesi et Gerhard Berger. En début de saison, le moteur Tipo 041 voit son remplaçant arriver dans le paddock. Il s'agit du Tipo 043, un douze cylindres à 75° beaucoup plus puissant et disposant d'un régime moteur plus élevé.

Galerie: Ferrari 412T1

Mais très vite, la création de Claudio Lombardi et Osamu Goto, ancien membre de Honda, connaît d'importants problèmes de surchauffe. La faute est à rejeter sur les ouvertures de pontons sous-dimensionnées, accomplissant difficilement la lourde tâche de refroidissement du moteur V12, notamment sur les circuits "lents".

Sur la piste

La 412T1 se montre très performante dès les premiers tours de roue. Alesi monte sur le podium au Brésil, manche d'ouverture. Cependant, la fiabilité fait encore défaut puisqu'en six courses, les deux pilotes Ferrari ne sont parvenus à rallier l'arrivée ensemble qu'à deux reprises : à Monaco et au Canada.

Après son podium brésilien, Alesi doit se tenir écarté des circuits pendant quelques temps. Le Français s'est blessé en essais privés et Ferrari fait appel au réserviste, Nicola Larini. Lors de son intérim de deux Grands Prix, le pilote italien s'illustre pour les bonnes mais aussi pour les mauvaises raisons. Ainsi, il s'accroche avec Ayrton Senna au Pacifique et il termine deuxième de l'épreuve maudite d'Imola, marquée par les décès du triple Champion du monde et de Roland Ratzenberger.

La 412T1 a fréquemment bénéficié de diverses améliorations. Si bien que le châssis a été rebaptisé 412T1B à partir du Grand Prix de France. Au total, Alesi, Larini et Berger signent cinq podiums au volant de la 412T1, dont une 2e place à Aida et à Imola. Le reste de la saison 1994 avec la 412T1B sera sublimée par un succès à Hockenheim, le premier depuis le Grand Prix d'Espagne 1990.

Les résultats de la 412T1

Grand Prix du Brésil 1994
#27 - Jean Alesi 3 #28 - Gerhard Berger AB
Grand Prix du Pacifique 1994
#27 - Nicola Larini AB #28 - Gerhard Berger 2
Grand Prix de Saint-Marin 1994
#27 - Nicola Larini 2 #28 - Gerhard Berger AB
Grand Prix de Monaco 1994
#27 - Jean Alesi 5 #28 - Gerhard Berger 3
Grand Prix d'Espagne 1994
#27 - Jean Alesi 4 #28 - Gerhard Berger AB
Grand Prix du Canada 1994
#27 - Jean Alesi 3 #28 - Gerhard Berger 4