L'histoire de l'innovante Ferrari Sigma.

Nous sommes en 1969, à Genève. Le Salon automobile bat son plein et Pininfarina profite de l'événement pour lever le voile sur un concept-car bien étrange... Il ne s'agit pas d'une voiture de route mais d'une authentique monoplace de Formule 1 : la Ferrari Sigma !

Bien qu'elle n'ait jamais pris part à une course, le design avant-gardiste et ses innovations font de la Sigma l'une des monoplaces les plus emblématiques de l'Histoire.

Pensée pour la sécurité

La Sigma voit le jour au cœur de la période la plus sombre de la Formule 1. De la fin des années 1960 au début des années 1970, le gain de puissance des monoplaces les rendent de moins en moins sûres et les accidents mortels se multiplient. En quelques années, la discipline perd successivement ses plus grands talents, à l'instar de Lorenzo Bandini, Jim Clark, Piers Courage, Jochen Rindt ou Jo Siffert, pour ne citer qu'eux.

Face à ce pic de mortalité en Grand Prix, le célèbre carrossier italien Pininfarina conçoit une monoplace qui n'est pas motivée par la vitesse mais par la sécurité. Enzo Ferrari est informé du projet, le Commendatore donne sa bénédiction et apporte un soutien financier non négligeable.

Innovations

Pour la conception de la Sigma, Enzo Ferrari lègue à Pininfarina et au designer Paolo Martin le châssis de la Ferrari 312. Le groupe de travail imagine de nombreuses solutions qui seront finalement utilisées en catégorie reine... des décennies plus tard ! On y trouve une cellule de survie, un réservoir multicouches, un extincteur dans le cockpit et un harnais six points. Tout ce qu'il y a de plus standard de nos jours mais à cette époque, c'était une vraie révolution !

Galerie: Ferrari Sigma

La forme de la carrosserie a été pensée pour limiter l'effet d'engrenage des roues lors d'un accrochage avec une autre voiture. Là encore, cette solution a été reprise dans les plus grands championnats, notamment en IndyCar il y a quelques années.

Autre innovation, le casque est directement attaché à la monoplace afin de tenir la tête du pilote droite en cas d'accident. Il s'agit tout simplement d'une des premières versions du système HANS, obligatoire dans la plupart des championnats automobiles de haut niveau !

Fiche technique

Châssis Monocoque en aluminium
Suspensions (avant et arrière) Double triangles, ressorts/amortisseurs intérieurs
Moteur Ferrari 255C, 2989 cm3, 436 ch à 11 000 tr/min
Configuration du moteur V12 à 60°
Transmission Boîte de vitesses Ferrari manuelle, 5 rapports
Vitesse maximale 300 km/h

Dimensions

Longueur 4200 mm
Largeur 1940 mm
Hauteur 930 mm
Empattement 2400 mm
Voie avant 1550 mm
Voie arrière 1561 mm
Poids 590 kg