Quand "Iceman" perd son sang-froid...

Nous sommes le 25 juin 2017. Alors que le drapeau rouge du Grand Prix d'Azerbaïdjan de Formule 1 s'apprête à disparaitre, les mécaniciens de la Scuderia Ferrari se pressent pour pousser Kimi Räikkönen à la sortie de la voie des stands. C'est alors que les spectateurs du monde entier se délectent d'un message radio venant de la monoplace du Finlandais.

"Prenez mes gants et mon volant. Les gants ! Mark, les gants ! Le volant... Les gants et le volant, ouais. Donnez-moi le volant. Hey ! Hey ! Le volant, que quelqu'un lui dise de me le donner. Allez ! Bougez-vous !"

Mais connaissez-vous l'histoire derrière ce message radio devenu culte ? FerrariChat.fr vous dit tout sur les gants et le volant ayant fait perdre le sang-froid de l'homme de glace !

Les rues traitresses de Bakou

Sur le circuit urbain de Bakou, les accidents sont légion. Lors de ces dernières années, le Grand Prix d'Azerbaïdjan a souvent été le théâtre de courses folles, provoquant plusieurs sorties de la voiture de sécurité afin de calmer les ardeurs des pilotes. L'un des premiers épisodes délirants ayant frappé Bakou remonte à 2017, et Kimi Räikkönen faisait partie des victimes du circuit azéri.

Suite à une deuxième neutralisation, provoquée par la perte d'un élément aérodynamique de la Ferrari SF70H de Räikkönen, le peloton se regroupe et est relancé au Tour 20.

Cependant, le drapeau vert n'est que de courte durée : Esteban Ocon s'accroche avec son équipier Sergio Pérez au deuxième virage, ce qui fait voler des morceaux de carbone. Aux premières loges, Räikkönen roule sur l'un de ces morceaux et crève instantanément son pneu arrière droit. Il doit parcourir plus de 5 kilomètres au petit trot, alors que son pneu délaminé détruit le plancher ainsi que le support d'aileron arrière.

Bakou 2017

En regagnant les stands, au début du Tour 21, le Finlandais n'a pas d'autre choix que de jeter l'éponge. Cependant, la piste est jonchée de débris, ce qui signifie que l'intervention de la voiture de sécurité ne suffira pas pour que les commissaires puissent nettoyer l'asphalte. Une seule issue : la direction de course brandit le drapeau rouge à la fin du Tour 22. L'ensemble des pilotes abandonnent leur monoplace dans la voie des stands.

Cette interruption momentanée de la course permet aux mécaniciens Ferrari et Force India de travailler sur les monoplaces blessées de Räikkönen et Pérez. 

Bakou 2017
Bakou 2017

Mais le temps presse ! Ferrari ne bénéficie pas d'une grande marge de manœuvre et doit encore hisser la monoplace de Räikkönen devant la voiture de sécurité, au bout de la voie des stands, afin de regagner un tour sur les deux de perdus. Le Finlandais quitte le garage avec précipitation, il lui manque notamment ses gants et son volant ! S'ensuit alors cette tirade mémorable à la radio où, pendant que les mécaniciens poussent la Ferrari, Räikkönen n'est toujours pas prêt à repartir.

Fort heureusement, les cris de détresse de Räikkönen ne tombent pas dans l'oreille d'un sourd. Mark Arnall, son entraineur personnel, lui donne ses gants et l'un de ses mécaniciens son volant.

Bakou 2017

Or, le calvaire du Champion du monde 2007 ne s'arrête pas en si bon chemin. Au bout de quelques tours à errer en dernière position, toujours avec un tour de retard sur les leaders, le pilote Ferrari écope d'une pénalité car son équipe a réparé la monoplace en dehors des limites établies par la FIA.

Bon dernier, isolé du reste du peloton et au volant d'une monoplace cabossée, on intime finalement à Räikkönen l'ordre de renoncer à quelques kilomètres du drapeau à damier... Clap de fin d'un week-end bien malchanceux pour "Iceman".