Signée par Bertone, la 308 est tombée dans l'oubli avant de devenir une pièce de collection.

À la fin de l'épopée 246, Ferrari voulait conserver sa marque Dino. Le résultat : la Dino 308 GT4 et son moteur 8 cylindres de 3,0 litres. Bien qu'elle soit parvenue à survivre au choc pétrolier de 1973 et aux années de contestation sociale, la 308 GT4 est finalement tombée dans l'oubli, devenant la Ferrari la plus sous-estimée de l'Histoire.

En mémoire de son fils

Enzo Ferrari avait fondé la marque Dino en mémoire d'Alfredino, son fils aîné mort d'une dystrophie musculaire en 1957, à l'âge de 24 ans seulement. De son vivant, "Dino" avait conçu un moteur V6 qui a fini par équiper plusieurs monoplaces de Formule 2, la Dino 246, la Fiat Dino et la Lancia Stratos.

Et c'est le succès de la 246 qui encourage le Commendatore à construire un nouveau modèle, au début des années 1970.

Cette voiture se base sur le châssis de la 246. En revanche, Ferrari décide de ne pas confier la conception à Pininfarina, célèbre collaborateur du Cheval Cabré, mais à un autre carrossier turinois : Bertone.

Galerie: Dino/Ferrari 308 GT4

Moteur arrière et quatre sièges

Dévoilée à Paris, en 1973, la Dino 308 GT4 est un coupé à moteur central, avec deux sièges confortables à l'avant et deux autres, peut-être adaptés aux amputés de guerre, à l'arrière. La disposition transversale du moteur V8 de 2927 cm3 permet d'avoir un espace de rangement pratique à l'arrière, en plus de celui à l'avant. Avec 255 ch, elle atteint 250 km/h en vitesse de pointe, un bon score pour l'époque.

Toutefois, l'augmentation du prix de l'essence oblige Ferrari à introduire une version 1991 cm3 et 170 ch, la 208 GT4, pour contourner les fortes taxes sur les moteurs 2,0 litres en Italie.

Ferrari Dino 308 GT4
Ferrari Dino 308 GT4, un cavallino anomalo

La Dino 308 GT4 impressionne par son plaisir de conduite, il est difficile d'être déçu. Mais la carrosserie anguleuse n'est pas parvenue à captiver le public, peut-être encore sous le charme de la 246. Parmi ceux qui n'ont pas vu de défaut à la conception de Bertone, on trouve un certain Elvis Presley, qui possédait un exemplaire noir.

Nouvelle identité

Trois ans après la présentation, la Dino 308 GT4 finit par devenir une Ferrari. Hormis la présence d'un nouveau logo, on trouve une nouvelle calandre, plus large, et de nouvelles jantes.

Ferrari Dino 308 GT4, un cavallino anomalo
Ferrari Dino 308 GT4, un cavallino anomalo

Au total, seuls 2826 exemplaires de la Dino/Ferrari ont été produits. Rapidement, la 308 GT4 est mise au placard pour endosser le rôle peu reluisant de "vieille voiture de sport de mauvais goût". Une injustice qui a duré plusieurs années, pendant lesquelles ses prix sont tombés jusqu'à 12'000 €, voire moins de 10'000 € pour la 208 GT4 ! Considérée comme kitch par beaucoup, certains n'ont vu aucun inconvénient à conduire ce modèle et ont sauté sur l'occasion pour faire l'acquisition d'une pièce de collection au prix d'une Fiat 500 !

Un spécimen aventureux

Connaissez-vous Giorgio Schon ? En 2019, ce concessionnaire Ferrari s'est servi d'une 308 GT4 sévèrement modifiée pour parcourir les 14000 kilomètres de la course Pékin-Paris, reconstitution de la célèbre course d'endurance des années 1910 ! Un véritable exploit, si l'on considère que la 308 GT4 n'est certainement pas conçue pour ce genre d'environnement hostile et désertique.

Ferrari Dino 308 GT4

Le coût hier et aujourd'hui

Neuve, la Dino 308 GT4 coûtait environ 10 millions de lires lors de son lancement (soit 5'000 €), puis plus de 25 millions lorsqu'elle a été retirée du marché (13'000 €). Des tarifs similaires à sa rivale la plus acharnée, la Lamborghini Urraco. Concernant le prix de la 208 GT4 de petite cylindrée, les prix ont varié entre 7'000 et 11'000 €.

Aujourd'hui, après une longue période de dépréciation, la 308 GT4 émoustille de nouveau les collectionneurs. Mais comme beaucoup d'autres voitures de son âge, elle est soumise à la fièvre de la valorisation. Une 208 GT4 en excellent état coûte 37'000 €. Pour imiter le "King" Elvis, comptez 57'000 € minimum. Des chiffres qui restent très bas selon les normes de Ferrari.