En comparaison, 2020 est une année exceptionnelle !

Bien que la Scuderia Ferrari soit l'écurie dotée du palmarès le plus fourni de la Formule 1, l'écurie italienne traverse actuellement une période difficile. La saison 2020 du Cheval Cabré a été l'une de ses plus mauvaises, l'équipe ne terminant qu'à la sixième place du classement général.

Pour trouver pire, il faut remonter à la saison 1980, il y a plus de 40 ans. Cette saison-là, Ferrari achevait sa campagne en dixième position... Mais là encore, il y a eu plus épouvantable : la saison 1969, seule année où Ferrari a fini lanterne rouge !

Des comptes dans le rouge

À cette époque, les activités du constructeur en sport automobile ne se limitent pas à la Formule 1. On peut voir le Cheval Cabré en Endurance, souffrant de la comparaison face aux toutes-puissantes Ford GT40. Pour rattraper le géant américain, il faut investir et la santé financière de la création d'Enzo Ferrari, qui n'était déjà pas excellente, se détériore davantage.

Les caisses sont vides à Maranello. Ne pouvant faire autrement, le Commendatore cède officiellement 50 % des parts de sa marque à Gianni Agnelli, PDG du groupe Fiat, en 1969. Et alors qu'une nouvelle rentrée d'argent permet à Ferrari de sortir la tête de l'eau et, plus tard, de développer la 312B en Formule 1, le vieux châssis 312 de 1966 est aligné pour une saison supplémentaire.

Gianni Agnelli et Ferrari
Gianni Agnelli (PDG de Fiat) et Enzo Ferrari.
Ferrari + Agnelli
"Ferrari + Agnelli = 500 chevaux", le message des tifosis est clair !

Rouge de honte

Certes, les ingénieurs de la Scuderia ont apporté plusieurs modifications sur la Ferrari 312, notamment au niveau de l'aérodynamique et du douze cylindres, porté à 436 chevaux à 11'000 tr/min. Cependant, l'écurie se tire une balle dans le pied avant même le début de saison puisqu'elle n'engagera qu'une seule voiture pour le Championnat du monde, la confiant à Chris Amon. Une décision qui impactera grandement sa position au classement Constructeurs, surtout suite au retrait de deux écuries de milieu de tableau : Cooper et Honda.

Ferrari 312

Privé d'équipier et miné par les problèmes de fiabilité, Amon fait de son mieux mais les trois premières courses du Néo-Zélandais se soldent toutes par un abandon.

Une lueur d'espoir apparait lors du quatrième Grand Prix, aux Pays-Bas. Sur le circuit de Zandvoort, Amon décroche une troisième place synonyme de podium. Malheureusement, ce sera la première et unique fois de la saison où le Kiwi sera récompensé. La série d'abandons reprend et, totalement dégoûté par la Ferrari 312, Amon claque la porte avant le Grand Prix d'Italie ! Pedro Rodriguez, qui l'avait épaulé à Silverstone, le remplace au pied levé. Devant les tifosis, le pilote mexicain termine sixième. 

Ferrari 312
Ferrari 312

La Scuderia lanterne rouge

Rodriguez termine une nouvelle fois dans les points à Watkins Glen, portant le total de Ferrari à... 7 unités seulement. À vrai dire, la situation de l'écurie est si alarmante que le châssis de 1968 est sorti des cartons pour disputer les dernières courses !

La défaite de la Scuderia est totale. Le constructeur ne remporte aucune victoire en Championnat du monde des voitures de sport ainsi qu'en Formule 1. Pire encore, le moteur DFV financé par Ford - le nouveau rival de Maranello - remporte toutes les courses en catégorie reine pour la première fois de l'Histoire... 

Les 7 points de Ferrari lui garantissent la cinquième place du classement général, ex-aequo avec BRM, et également le statut de lanterne rouge du peloton. Fort heureusement, Fiat laisse le total contrôle des activités compétition à Enzo Ferrari. Là où la plupart des grandes firmes auraient jeté l'éponge après une telle gifle, Ferrari se relève dès 1970 avec le modèle 312B permettant à Jacky Ickx de se battre pour le titre mondial !

Ferrari 312

Les résultats

Grand Prix Pilotes Résultat
Afrique du Sud Chris Amon Abandon
Espagne Chris Amon Abandon
Monaco Chris Amon Abandon
Pays-Bas Chris Amon 3
France Chris Amon Abandon
Grande-Bretagne Chris Amon Abandon
  Pedro Rodriguez Abandon
Italie Pedro Rodriguez 6
Canada Pedro Rodriguez Abandon
États-Unis Pedro Rodriguez 5
Mexique Pedro Rodriguez 7