Le cabriolet n'a été produit qu'à 122 exemplaires seulement.

La Ferrari 365 GTB/4 "Daytona" est l'un des modèles les plus emblématiques du Cheval Cabré. Son design tranche radicalement avec celui de ses prédécesseurs et a inauguré une nouvelle ère pour Ferrari, celle du moteur arrière.

Déclinée en version Spider, c'est-à-dire en cabriolet, la Ferrari Daytona est également connue comme étant la dernière machine de série de Maranello dépourvue d'un toit mais munie d'un moteur V12, jusqu'à l'arrivée de la Ferrari 812 GTS... en 2019. Mais qualifier la Ferrari 365 GTS/4 (son nom officiel) de "voiture de série" est un bien grand mot. Car entre 1971 et 1973, seuls 122 exemplaires ont été produits !

Genèse

À la fin des années 1960, Pininfarina propose la conception d'une version targa pour la 365 GTB/4. Le carrossier opte finalement pour un cabriolet plus conventionnel avec un toit en tissu. Le modèle est présenté lors du Salon de l'automobile de Francfort 1969 mais il faut attendre presque deux ans pour le début de la phase de production. Entre-temps, la Daytona a subi quelques modifications, notamment à l'avant. Ainsi, le modèle abandonne ses phares fixes au profit de phares escamotables.

Galerie: Ferrari Daytona Spider

I Love America

On ne trouve pas beaucoup de différences entre la GTB/4 et la GTS/4. Le châssis reste tubulaire et un tunnel rigide continue de relier le moteur V12 de 4,4 litres pour 352 ch, avec quatre arbres à cames en tête, à la boîte de vitesses à 5 rapports montée à l'arrière. D'un poids de 1200 kg, identique à celui du coupé, la Spider est également capable de passer de 0 à 100 km/h en un peu plus de 6 secondes et atteindre la vitesse maximale de 280 km/h.

Si l'Europe ne tombe pas amoureux de la Ferrari 365 GTS/4, la situation est bien différente de l'autre côté de l'Atlantique puisqu'elle bénéficie d'un pic de popularité important aux États-Unis : la version spider représente environ 10% des ventes de la Daytona sur ce marché.

Joyau de la couronne

Le petit succès de la 365 GTS/4, limitée à 122 exemplaires, donne envie au Cheval Cabré de poursuivre l'introduction de versions spider pour ses futures berlinettes, particulièrement en vogue à la fin des années 1980.

Encore aujourd'hui, la production limitée et le statut de "dernier spider" font flamber les prix de la 365 GTS/4, plus de trois fois supérieurs à ceux du coupé. Et les exemplaires d'origine les mieux conservés peuvent largement dépasser les 2 millions d'euros ! Pour les plus curieux d'entre vous, il suffit de se rendre sur le premier site Internet de ventes aux enchères pour constater le traitement de faveur reçu par le cabriolet...