Retour sur la première journée des pilotes Ferrari à Bahreïn.

Le vendredi du Grand Prix de Bahreïn de Formule 1 a été synonyme de grande première pour les rookies Yuki Tsunoda, Mick Schumacher, Nikita Mazepin et, dans une moindre mesure, Carlos Sainz qui participe à son premier week-end de course en tant que pilote Ferrari.

La première séance d'essais libres a vu l'Espagnol décrocher le huitième meilleur temps, 1'32"366, permettant ainsi à la Scuderia de placer ses deux monoplaces dans le Top 10. Sainz a fait mieux dans la soirée, 4e des EL2 avec un temps de 1'31"127. L'auteur de deux podiums en catégorie reine considère que le peloton est particulièrement compact sur le circuit de Sakhir, notamment sur les relais courts.

"En EL1, tout semblait normal", se rappelle Sainz. "Le vent a vraiment changé les conditions de piste en EL2, cela a rendu les voitures beaucoup plus nerveuses et les temps se sont resserrés. Je pense que les longs relais ont mieux montré la position de chacun, les Mercedes et les Red Bull sont en avance sur le reste du peloton. Je suis surpris de voir à quel point les relais plus courts étaient serrés au niveau de la performance pure."

Malgré deux heures passées au volant de la Ferrari SF21 qui s'ajoutent à la journée et demie d'essais de présaison, Sainz souffre encore du changement d'environnement vécu pendant l'hiver. Le comportement de la McLaren diffère grandement de celui de la Ferrari et l'Espagnol se voit encore dans l'obligation de "conduire avec retenue".

"[J'ai des lacunes] au moment de juger la réaction de la voiture face à des conditions différentes", estime-t-il. "Avec la McLaren, lorsque le vent changeait, je savais parfaitement ce que la voiture allait faire donc je pouvais anticiper et toujours extraire 95 à 100% du potentiel, indépendamment des conditions."

"Quand vous changez d'équipe et de voiture, vous ne savez plus comment la voiture va réagir. Donc vous conduisez avec retenue pour ne pas faire d'erreurs stupides. C'est pourquoi je dis toujours qu'il faut vivre plusieurs courses et plusieurs expériences, pour savoir comment la voiture réagit dans des conditions différentes et s'y adapter."

Charles Leclerc

Un Monégasque en retrait

Pour la reprise, Charles Leclerc a débuté le week-end de manière encourageante, en bouclant le Top 5 de la première séance d'essais libres. Mais une fois le soleil couché, le Monégasque a perdu en performance. Le meilleur temps personnel du pilote Ferrari en EL2 est 1'31"612, lui donnant la 12e position seulement.

"C'était une journée positive, nous ne nous attendions pas à être aussi compétitifs", avoue-t-il. "Les EL1 ont été bons de mon côté, les EL2 un peu moins. J'ai eu un peu de mal avec la voiture et je n'ai pas réussi à boucler le tour que je voulais. Mais dans l'ensemble, beaucoup de travail a été fait, je sens que l'équipe est extrêmement motivée. Et aussi, je peux voir les améliorations qui ont été faites depuis l'année dernière. [Samedi], nous saurons exactement où nous nous situons par rapport aux autres."