Cette saison en Formule 1, Carlos Sainz découvre un nouvel environnement de travail, celui de la Scuderia Ferrari, et a la lourde tâche de ramener l'écurie italienne vers le sommet tout en affrontant Charles Leclerc, qui est venu à bout d'un quadruple Champion du monde avant lui !

Difficile à plus d'un titre, c'est pourquoi Sainz a fait preuve d'une extrême prudence lors de ses débuts en rouge. Dans une monoplace qu'il connait peu, l'Espagnol a terminé huitième du GP de Bahreïn, à près de 10 secondes de son équipier. Connu pour ses départs canons, Sainz avait été bousculé dans le premier tour à Sakhir et perdu deux positions.

Mais selon Rob Smedley, directeur des systèmes de données de la Formule 1 et ancien membre de la Scuderia Ferrari, l'approche de Sainz est la meilleure. "La pire chose que Carlos aurait pu faire en arrivant [chez Ferrari], c'est une grande déclaration sur la manière dont il allait envoyer Charles dans l'herbe pour obtenir le statut de numéro un", commente Smedley dans le podcast officiel de la discipline, F1 Nation. "Ça ne marche pas comme ça, la pression monte et devient presque insurmontable."

Pour mieux expliquer son propos, le Britannique prend exemple sur une situation similaire vécue alors qu'il évoluait encore à Maranello, en 2006. Cette saison-là, Felipe Massa faisait ses débuts en rouge après deux années solides chez Sauber. Cependant, le Brésilien a commis une "grosse erreur" avant la première course.

"À l'époque où Felipe a débuté comme pilote officiel chez Ferrari, il a fait la grosse erreur [de dire] qu'il devait égaler Michael Schumacher, septuple Champion du monde. Le gars n'avait pas peur !", se souvient le Britannique.

Felipe Massa

"Dans la tête de Felipe, il allait égaler [Schumacher] et le battre. Et tout a déraillé dès les premiers instants. Ce n'est que lorsque nous l'avons mis dans une bonne équipe que nous avons pu lui remettre les pieds sur terre et lui dire : "Tu ne vas pas battre Michael, alors oublie". Nous avons eu une approche structurée, en utilisant son talent brut pour le sortir de cette situation et commencer à faire des progrès."

Au final, et malgré plusieurs victoires signées entre 2006 et 2007, il a fallu attendre deux saisons pour que le pilote endosse le rôle de candidat crédible pour le titre de Champion du monde. Une histoire qui s'est terminée dans les larmes, sur le circuit d'Interlagos.