Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi ne sont pas parvenus à marquer des points.

Le premier Grand Prix de Formule 1 à domicile de la saison n'a pas souri à Alfa Romeo. Sur le circuit d'Imola, l'écurie italienne n'a pas débloqué son compteur de points malgré des performances encourageantes dans des conditions de piste délicates.

La pluie qui s'est abattue sur le circuit avant le départ a permis de redistribuer les cartes. Éliminés en Q1, Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi sont remontés jusqu'aux 8e et 9e rangs dans le dernier tiers de course. Cependant, le pilote italien a été dans l'obligation de s'arrêter au stand pour enlever une protection de visière logée dans une de ses écopes, ce qui faisait surchauffer les freins, laissant son équipier se défendre seul pour les derniers points distribués.

"Antonio a eu la malchance d'avoir une protection de visière [dans ses freins], sans cet arrêt au stand, il aurait dû abandonner", explique Xevi Pujolar, responsable de l'ingénierie piste. "Kimi a fait un travail très impressionnant pour garder les deux Alpine et même Pérez derrière lui pendant autant de tours alors qu'ils avaient le DRS."

Toutefois, les efforts de Räikkönen pour tenir la neuvième place n'ont pas été récompensés puisque le Finlandais a été épinglé par les commissaires à la fin du Grand Prix d'Émilie-Romagne. Le Champion du monde 2007 a écopé d'une pénalité pour non respect du protocole lors de la relance de la course.

À la fin de la période de drapeau rouge, lorsque la voiture de sécurité a guidé le peloton pour un second tour de formation, le pilote Alfa Romeo est parti en tête à queue et a perdu plusieurs positions sans les récupérer. Dans cette situation, le règlement stipule que Räikkönen aurait dû regagner la voie des stands pour s'élancer depuis celle-ci, ce qui n'a pas été fait. Selon Pujolar, un manque de clarté n'a pas permis à Räikkönen de reprendre sa position et il estime que les places perdues dans le tête à queue agissaient déjà comme une pénalité.

"Kimi est sorti derrière la voiture de sécurité et il a perdu des positions", explique-t-il. "Kimi nous a demandé s'il pouvait reprendre sa place mais nous ne savions pas si [ce tour] était un tour de formation ou un tour derrière la voiture de sécurité. Nous avons demandé une clarification à la FIA et, pendant ce temps, nous avons dit [à Kimi] d'attendre. Malheureusement, la réponse a été donnée trop tard. Donc, nous sommes restés à notre position. Après cela, nous avons eu la pénalité. C'est sûr, nous étions déjà punis quand nous avons perdu les places sans les récupérer."