La transformation de la Scuderia Ferrari en l'espace de quelques mois impressionne. Le Cheval Cabré est passé d'une monoplace au comportement capricieux et muni d'un bloc peu puissant à une voiture efficace et performante sur différents types de tracés.

À Bahreïn et à Imola, Carlos Sainz et son équipier Charles Leclerc se sont battus à l'avant du peloton, la Scuderia semble être engagée dans une lutte avec McLaren pour le statut de "meilleur des autres". Et bien que l'écurie de Woking ait réussi à devancer Ferrari sur les deux premiers circuits du calendrier, Sainz assure qu'il pourra battre McLaren sur des circuits convenant mieux à la SF21.

"Je pense que c'est très serré, honnêtement, c'est très difficile de choisir", répond le pilote espagnol sur l'identité de la meilleure équipe hors Mercedes et Red Bull. "Je pense que la McLaren a ses forces et ses faiblesses. Nous sommes performants à différents endroits des circuits et cela rend la bataille très divertissante. Peut-être que [McLaren] a eu un peu plus le dessus sur les deux derniers week-ends mais dès que nous irons sur un circuit qui nous favorise, je pense que nous serons devant.

Cette saison, une grande partie du rythme en course repose sur la gestion des pneumatiques. Certaines voitures parviennent à mettre leur gomme en température plus rapidement que d'autres mais peinent à gérer la dégradation sur de longues distances.

Cependant, les difficultés éprouvées par Leclerc, en pneus mediums, pour dépasser Lando Norris, en pneus tendres, dans les derniers instants du GP d'Émilie-Romagne s'expliquent par le fait que l'équipe a opté pour des appuis plus élevés en raison du mauvais temps. McLaren conserve également un avantage en ligne droite et est parvenu à améliorer son rythme sur un seul tour chronométré.

"Il semble qu'à Imola, Lando a fait du très bon travail en exploitant tout le potentiel de la voiture", poursuit-il. "Il était au-dessus tout le week-end, surtout à partir de samedi [en qualifications], et il a fait une bonne course."