La Scuderia n'est parvenue à placer qu'une seule voiture dans le top 10 sur le circuit de Portimão.

Tout sourire samedi, la Scuderia Ferrari a montré un visage bien différent dimanche, au terme du Grand Prix du Portugal de Formule 1. Aux avant-postes en début d'épreuve, Charles Leclerc et Carlos Sainz ont rétrogradé au fil de la course et ont atteint la sixième place pour le Monégasque et la onzième pour l'Espagnol.

Pourtant, sur la papier, la stratégie de Leclerc semblait être la meilleure. En s'élançant avec les pneus mediums, le pilote Ferrari pouvait ainsi étirer son premier relais et bénéficier d'une bonne position en piste au moment de son arrêt. Les gommes n'ont pas tenu la distance toutefois, se dégradant fortement dès les premiers kilomètres. Au final, Leclerc n'a pas été en mesure de chercher la McLaren de Lando Norris, sur la même stratégie, et a été menacé par les Alpine d'Esteban Ocon et Fernando Alonso dans les derniers kilomètres.

"Je suis désolé de vous décevoir, mais j'ai l'impression d'avoir fait un très mauvais choix aujourd'hui", déplore-t-il au micro de Sky Sports F1. "Je pense que nous avons pris une excellente décision en optant pour les pneus durs [lors de l'arrêt au stand] mais nous étions les seuls à avoir du mal avec les mediums, moi dans le premier relais, Carlos dans le second. Nous avons eu beaucoup de graining dès le départ. Je ne peux pas l'expliquer. Sur le papier, cela semblait être un très bon choix mais ensuite, en course, nous avons eu beaucoup plus de difficultés."

"Si je regarde l'ensemble du week-end, je n'ai pas fait du bon travail, que ce soit en essais libres ou en qualifications", poursuit-il. "Je n'ai pas tiré le maximum de la voiture parce que j'étais très inconstant. Aujourd'hui, j'ai fait du bon travail mais je pense qu'en partant de la huitième place, nous ne pouvions pas espérer grand-chose."

Si Leclerc a rapidement pu se débarrasser des gommes mediums handicapantes pour la Scuderia, Sainz a fait le mauvais choix en les chaussant pour son second relais. En manque de vitesse, le pilote espagnol a été dans l'obligation de s'effacer pour laisser passer son équipier, puis a entamé une longue et pénible descente aux enfers, jusqu'à la onzième position, la première ne délivrant aucun point.

"Nous savions que la possibilité de graining était élevée et... la vérité est que dès que j'ai mis le pneu medium, j'ai vu qu'il n'allait pas durer longtemps et que nous allions reculer [au classement]", a avoué Sainz, interrogé par DAZN. "J'ai chaussé [les pneus mediums] pour faire l'undercut sur Lando [Norris]. Pour moi, c'était trop tôt, la course était encore longue."

"J'ai essayé de faire fonctionner l'undercut, nous avons attaqué dans les premiers tours et à partir de là, le graining a débuté et nous avons reculé. Ce n'était pas vraiment une bonne journée ; tout s'est mal passé, donc nous devons en tirer les leçons. Cela fait partie de la courbe d'apprentissage."