Après un Grand Prix du Portugal difficile, Ferrari espère retrouver des couleurs en Espagne.

Le revêtement à faible adhérence du circuit de Portimão a handicapé les Ferrari lors de la dernière épreuve du Championnat du monde de Formule 1. Habituée à inscrire plus de 10 points par course depuis le début de l'année, la Scuderia n'a glané que huit unités au Portugal. 

La moisson devrait être meilleure à Barcelone cependant, théâtre du Grand Prix d'Espagne qui a lieu ce week-end. En Catalogne, Ferrari s'attend donc à un retour à la normale sur un tracé offrant une grande variété dans les types de virages, comme l'explique Charles Leclerc en conférence de presse.

"Je pense que si nous gardons notre base de [pneus] tendres et durs, comme nous l'avons fait à Portimão, alors nous serons compétitifs [à Barcelone]", estime le pilote Ferrari. "C'est un très bon circuit pour voir quelles voitures sont les plus complètes parce qu'il y a un peu de tout : des vitesses élevées, moyennes et faibles. Donc, ça va être intéressant pour nous, et nous allons essayer de maximiser les performances."

Le Grand Prix d'Espagne est une course très spéciale pour Carlos Sainz puisqu'il s'agit de son épreuve nationale. Bien que les autorités aient accordé la présence d'une poignée de fans, le natif de Madrid regrette de courir sans voir des tribunes pleines à craquer.

"Je suis toujours très motivé lorsque c'est le Grand Prix national", lance le pilote espagnol. "Mais cette année, comme l'année dernière, l'ambiance est différente. Ne pas avoir les fans, ne pas avoir les gens qui sont là pour vous soutenir, ne pas avoir ces petites conversations, ces petits moments où ils vous disent quelque chose de drôle, c'est différent. Aussi, avec le retour de Fernando [Alonso] cette année, ça aurait été particulièrement incroyable. [Les fans] vont nous manquer, mais j'espère qu'ils nous soutiendront depuis chez eux et que nous pourrons quand même réaliser un bon week-end."