Au volant de la Ferrari SF21, le pilote espagnol éprouve des difficultés avec la procédure de départ.

Les performances de Carlos Sainz avec McLaren en Formule 1 ont permis au fils du double Champion du monde des Rallyes de décrocher un volant de titulaire au sein de la Scuderia Ferrari en 2021 et de se voir confier la lourde tâche de ramener l'écurie transalpine vers le sommet.

Mais dans une équipe qu'il découvre, et au volant d'une voiture au comportement différent de la McLaren, Sainz a démarré sa campagne 2021 plutôt timidement, en inscrivant la moitié du total de points de son équipier, Charles Leclerc. Le départ fait partie des difficultés rencontrées par l'Espagnol dans son nouvel environnement de travail, il en a une nouvelle fois souffert à l'occasion du Grand Prix d'Espagne.

"J'étais en train d'analyser les données avec mes ingénieurs pour essayer de comprendre ce que j'aurais pu faire de mieux", a déclaré Sainz au soir de la course sur le circuit de Barcelone. "Ce qui est clair, c'est que j'ai encore besoin de m'améliorer et de gagner en confiance avec les procédures pour obtenir ce départ parfait et ces cent premiers mètres parfaits."

"Je ne pense pas que [le départ] a été le principal point faible, c'était plutôt le positionnement [vers le premier virage] avec la gestion de l'aspiration. J'ai été coincé derrière [Esteban] Ocon dans le premier virage et j'ai perdu beaucoup de temps par rapport aux voitures à l'extérieur."

Depuis le début de la saison, Charles Leclerc a été très studieux au départ, gagnant en moyenne 0,75 place dans le premier tour malgré des positions très avancées sur la grille. À l'inverse, Carlos Sainz a été très brouillon, gagnant des positions à Imola et Portimão mais perdant deux places dans le premier tour des GP de Bahreïn et d'Espagne. Cela signifie que l'Espagnol n'a gagné aucune place en moyenne dans le premier tour cette saison.

Tandis que Leclerc continue d'exceller en qualifications et en début de course, Sainz a estimé qu'il doit encore trouver un moyen de mettre son "week-end bout à bout" pour décrocher de meilleurs résultats avec la Scuderia.

"C'est une combinaison de facteurs pour obtenir ce résultat parfait comme Charles l'a fait [en Espagne]", a-t-il poursuivi. "Vous devez d'abord mettre le week-end bout à bout, et cela se résume à de bonnes qualifications et un bon départ. Je maitrisais ça chez McLaren et je dois continuer de m'améliorer avec [Ferrari] pour essayer d'être le plus performant possible."