Une livrée à la hauteur de la voiture !

Nous sommes en 1992, l'industrie automobile découvre l'Alfa Romeo 155, héritière de la 75. Le nouveau modèle se base sur la Fiat Tempra et la Lancia Dedra en adoptant une traction avant. Un sacrilège pour les Alfistes.

Un an plus tard, la 155 reçoit les modifications nécessaires pour participer au championnat allemand des voitures de tourisme : le DTM. Et c'est ainsi que l'Histoire de la 155 change à jamais. En cette même année 1993, Alfa Romeo devient le dernier constructeur "étranger" à remporter le championnat. Désormais, ce morceau d'Histoire est prêt à être vendu aux enchères le 15 juin chez RM Sotheby's.

Galerie: Alfa Romeo 155 V6 TI (1996)

La plus puissante mais pas la plus performante

Le modèle mis aux enchères est la dernière évolution de l'Alfa Romeo 155 V6 TI, celle engagée en ITC avec une magnifique robe reprenant les couleurs emblématiques de Martini. Sous le capot, le bloc 2,5 litres de 490 ch est capable d'atteindre 11'900 tr/min et de propulser la berline italienne au-delà de 300 km/h ! Ces chiffres dignes d'une supercar reposent sur un châssis tubulaire et une cellule de survie en fibre de carbone.

À partir de 1995 et au-delà, on note l'apparition d'une boîte de vitesses séquentielle à 6 rapports, servant à transférer la puissance et le couple aux quatre roues. En outre, comme l'exigeait la réglementation de l'époque, l'Alfa Romeo est munie de l'ABS et du contrôle de la traction.

L'Alfa Romeo 155 V6 TI d'ITC (châssis n°005) qui sera bientôt vendue aux enchères était pilotée par Nicola Larini en 1996. L'ancien pilote Ferrari en Formule 1 a gagné deux épreuves, à Interlagos et au Mugello. L'autre Alfa Romeo aux couleurs de Martini, celle d'Alessandro Nannini, a achevé la saison à la troisième place du classement général derrière Manuel Reuter, sacré champion, et Bernd Schneider.