Charles Leclerc est passé par toutes les émotions lors de la première journée du Grand Prix de Monaco de Formule 1. Sa matinée s'est résumée à quatre tours en raison d'un problème de boîte de vitesses, au niveau du quatrième rapport. Bon dernier de cette séance, le pilote Ferrari s'est parfaitement relancé dans l'après-midi, en réalisant le meilleur temps, devant son coéquipier Carlos Sainz. 

Si l'Espagnol, déjà deuxième dans la matinée, a estimé que les monoplaces rouges étaient "très proches d'être une véritable menace" dans les rues de la principauté, Leclerc a préféré pondérer les espoirs de voir la Scuderia s'inviter dans la lutte pour la victoire ce week-end.

"Je suis certain que Mercedes et Red Bull ont une plus grosse marge que nous", a expliqué le pilote local, qui n'a jamais vu l'arrivée d'une course à Monaco, en Formule 2 comme en Formule 1. "Donc il ne faut pas trop s'emballer et nous aurons [la journée de vendredi] pour travailler dur, et nous verrons où nous finirons."

"Je ne veux pas penser à samedi pour le moment", a-t-il ajouté, estimant n'avoir qu'une "petite marge" de progrès. "Ça se présente bien. Pour le moment, ça parait un peu trop bon pour y croire. Donc on verra. Samedi, en qualifications, on saura exactement où on est."

Charles Leclerc a été le premier surpris par son meilleur temps puisqu'il ne s'attendait pas à un tel renversement de situation d'une séance à l'autre, surtout sur un circuit où il est nécessaire d'accumuler les tours pour trouver le bon rythme.

"J'ai été assez surpris que ça finisse comme ça, parce qu'à Monaco en particulier, il est assez important de faire autant de tours que possible, et malheureusement je n'ai fait que quatre tours à cause de mon problème en EL1. Mais je me suis senti assez à l'aise avec la voiture en EL2 et j'ai réussi à faire ce tour."

Leclerc n'a pas véritablement pu s'appuyer sur les données de Sainz pour prendre ses marques : "Sincèrement, du côté du pilote, pour moi il était presque impossible de trouver des références dans ce que [Sainz] avait fait, parce que je n'avais même pas mes propres références. Donc il fallait prendre le temps pour avoir du rythme en EL2 et essayer de trouver mes repères. Après le premier relais, j'ai pu faire une petite comparaison avec Carlos, pour voir où je perdais du temps. Je l'ai fait pour la fin des EL2."

Malgré la prudence affichée par Charles Leclerc, la concurrence prend la menace Ferrari au sérieux, qu'il s'agisse des top teams comme Mercedes et Red Bull mais aussi des rivaux directs de Ferrari, comme McLaren, chez qui Lando Norris n'a pas été surpris de voir les SF21 aux premières places, surtout avec les performances montrées à Barcelone il y a deux semaines.

"Ils étaient rapides à la dernière chicane et on sait toujours qu'on a des virages similaires à ceux de Monaco, ce genre de choses", a précisé l'Anglais sur Sky Sports F1. Norris avait annoncé à son ancien équipier qu'il serait performant dans les rues de la Principauté : "J'ai envoyé un message à Carlos avant le début du week-end, pour lui dire que je pensais qu'il avait une bonne chance de gagner."

"Donc vous savez, en ce qui nous concerne, je pense que [la forme de Ferrari] était attendue, ce n'était peut-être pas le cas de l'extérieur ou pour les téléspectateurs, mais nous savons où ils sont rapides et où ils ne le sont pas. Cette piste leur convient vraiment, donc ce n'est pas une surprise. Et si on regarde d'autres circuits, je suis certain qu'on sera devant eux à certains endroits. Ils ont l'air d'être bons, donc ce n'est pas idéal pour nous, mais nous faisons de notre mieux."

Propos recueillis par Luke Smith