Il y a quelques mois, Carlos Sainz faisait part de ses craintes quant aux difficultés qui l'attendaient pour ses premières courses avec Ferrari. Or, il n'a fallu que cinq Grands Prix au pilote espagnol pour signer son premier podium en rouge !

Dans les rues de Monaco, Sainz a brillé pendant l'intégralité du week-end. En course, il est resté dans les échappements de Valtteri Bottas, une surprise tant la Mercedes est dominatrice habituellement, et s'est rué sur Max Verstappen dès l'abandon du Finlandais. S'il n'est pas parvenu à menacer Verstappen pour la victoire, Sainz a pu au moins se vanter d'avoir fini à moins de dix secondes du pilote Red Bull sur un circuit sublimant les performances du châssis et du pilote.

Très heureux à la suite du premier podium de Ferrari depuis novembre 2020, Mattia Binotto a fait les louanges de son pilote, vantant ses qualités de leader et de coéquipier modèle.

"[Sainz] est un bon pilote, nous le savions lorsque nous l'avons recruté", a commenté le directeur de la Scuderia. "Je pense qu'il montre à quel point il est bon et c'est tant mieux pour Ferrari. Nous sommes très satisfaits. L'intégration est bonne, il est un bon leader dans le cockpit mais aussi en dehors. Je pense que c'est une bonne référence pour Charles [Leclerc]. Il le pousse à être meilleur, et c'est vraiment l'objectif."

Et le patron italien n'a pas été le seul à féliciter Sainz. Fernando Alonso a lui aussi tenu à commenter les récentes performances de son compatriote et adversaire sur les circuits. Pour rappel, le double Champion du monde est encore aujourd'hui le seul pilote espagnol à avoir remporté un Grand Prix de Formule 1.

"Je suis très, très heureux pour Carlos", a-t-il indiqué à l'arrivée du GP de Monaco. "J'ai parlé avec lui sur la grille [à Monaco], il était déjà sur le podium provisoire à ce moment-là en raison des problèmes de Leclerc. Et avec les problèmes de Bottas, c'était encore mieux. C'est un bon début de championnat [pour lui]. J'espère que nous pourrons voir une victoire bientôt mais nous savons que sur un circuit normal, Mercedes et Red Bull ont encore l'avantage. Il y avait une opportunité [à Monaco] et il l'a saisie."