Marc Gené, ancien pilote d'essai de la Scuderia Ferrari, revient sur le GP d'Azerbaïdjan de Formule 1.

Lorsque la Formule 1 se rend sur des circuits urbains, l'avantage dont dispose l'auteur de la pole position est décuplé, compte tenu des pistes toujours plus étroites lorsqu'elles sont situées en ville. Or, par deux fois cette saison, le pilote ayant fait la pole position sur un circuit urbain n'a pas remporté la course ! Et manque de chance, par deux fois, il s'agissait d'un pilote Ferrari...

Contrairement au Grand Prix de Monaco, Charles Leclerc a pu prendre le départ depuis la première position en Azerbaïdjan. Sur le circuit de Bakou, le Monégasque a même résisté à la pression de Lewis Hamilton au départ avant de craquer au deuxième tour. Et une fois le Britannique en tête du cortège, la Scuderia a souffert face au rythme dicté par le septuple Champion du monde. Dans l'incapacité de suivre Hamilton, Leclerc a par la suite été effacé par les Red Bull de Max Verstappen et Sergio Pérez, le repoussant en quatrième position.

"Après la pole position de Charles, nous savions qu'avec notre rythme, il allait être très difficile de se battre avec Mercedes et Red Bull", explique Marc Gené, ancien pilote d'essai du Cheval Cabré. "Mais nous sommes tout de même restés en lice pour une arrivée sur le podium. Au final, Charles a décroché la quatrième place. Il se battait pour le podium mais il a dû se contenter de cette position."

Ferrari SF21

Les efforts de Leclerc pour monter sur le podium sont restés vains, et Carlos Sainz n'a même pas pu y prétendre. Le pilote espagnol était moins performant qu'à Monaco, mais sa course a été fortement affectée par une erreur de pilotage au moment le plus important du Grand Prix : la salve d'arrêts au stand. "Pour Carlos, le Grand Prix a été plus difficile", poursuit Gené. "Il a tiré tout droit dans un virage et il a dû produire un effort pour revenir dans le top 10. Il a fini huitième, ce n'était pas une course facile pour lui."

La quatrième place de Leclerc et la huitième de Sainz permettent à la Scuderia de récolter 16 points, soit quatre unités de plus que McLaren. Ainsi, les positions s'inversent au classement général et le Cheval Cabré grimpe sur la troisième marche, une première depuis le début de la campagne 2020. Gené se félicite des "progrès" réalisés tandis que Mattia Binotto est plus nuancé dans ses commentaires. Le directeur d'équipe se lamente de la courte avance que possède Ferrari en dépit de ses deux poles consécutives.

"Nous avons décroché notre deuxième pole position de la saison et nous sommes remontés à la troisième place du classement des constructeurs", commente l'Italien. "L'écart avec [McLaren] est certainement plus faible qu'espéré. Cependant, nous devons aller de l'avant et voir cela comme une motivation supplémentaire pour nous améliorer dans tous les domaines."