Les réactions des pilotes Ferrari, Charles Leclerc et Carlos Sainz, au terme des premiers essais libres du GP de France de F1.

Il est temps pour la Scuderia Ferrari de redescendre de son nuage. Après deux courses exceptionnellement bonnes pour le Cheval Cabré, le Grand Prix de France de Formule 1 marque un retour à la normale, Ferrari quittant les avant-postes et regagnant une place parmi les outsiders. 

Sur un circuit Paul Ricard qui ne ressemble en rien aux tracés de Monaco et de Bakou, Charles Leclerc a été beaucoup moins fringant. Le Monégasque n'a pas intégré le top 10 lors de la première séance d'essais libres, néanmoins il figurait dans les cinq premiers du classement en EL2. Le vent soufflant au-dessus du plateau du Castellet était particulièrement fort ce vendredi, ce qui a rendu la préparation des hommes en rouge un peu plus difficile.

"Notre objectif principal était l'équilibre de la voiture", a commenté Leclerc. "Le vent était très fort, ce qui rendait le pilotage délicat. Mais c'était la même chose pour tout le monde, donc il fallait simplement essayer de maitriser ces conditions. La situation semble plus conforme à ce que nous attendions ces deux derniers week-ends de course, où nous avons eu de bonnes surprises."

"Notre performance aujourd'hui n'était pas mauvaise et, bien que nous ayons encore beaucoup de travail à faire, nous nous sommes bien rattrapés après les EL1, la voiture s'est mieux comportée dans l'après-midi. Il est important de savoir comment nous pourrons mettre les pneus dans la bonne fenêtre de température [samedi]. Nous devons également trouver les bons réglages pour nous assurer que la voiture soit facile à piloter en qualifications. Si nous parvenons à faire ces deux choses-là, je suis presque sûr que notre week-end sera bon."

De l'autre côté du garage Ferrari, le début de journée a été nettement plus agité. Carlos Sainz fut l'un des nombreux pilotes piégés par le Mistral. En difficulté au volant de sa SF21, l'Espagnol est parti à la faute lors de la première séance et, à cause des bandes abrasives entourant le circuit Paul Ricard, ses pneus tendres ont été détruits. 

 

La situation s'est améliorée dans l'après-midi, Sainz rejoignant son coéquipier dans le top 10. "Aujourd'hui, c'était assez délicat. Nous savions que ce tracé allait être difficile pour nous par rapport aux courses précédentes, et tout s'est passé plus ou moins comme prévu", a-t-il déclaré.

"Nous ne sommes pas si loin [de la tête] et nous sommes assez satisfaits de l'équilibre de la voiture. Le vent était dur à gérer, il soufflait dans les pires directions possibles, avec un vent de face dans les lignes droites et un vent de dos dans les virages. Cela a rendu le circuit plus dur et plus lent. Mais les pneus tendres et durs semblent bien fonctionner."