Malgré ses problèmes de dégradation des pneus en France, la Scuderia Ferrari pourrait redresser la barre dès le GP de Styrie.

Alors que les McLaren et les Alpine ont occupé les premières places lors des premières séances d'essais libres du Grand Prix de Styrie de Formule 1, la Scuderia Ferrari est restée dans l'ombre, se relevant péniblement d'une lourde chute au GP de France.

Ainsi, ni Charles Leclerc ni Carlos Sainz ne sont entrés dans le top 5 en EL1 et en EL2. Le travail des deux pilotes s'est porté sur des simulations de longs relais avec une grande quantité de carburant, afin de s'assurer que le phénomène de graining vu au Paul Ricard ne se reproduise pas sur le Red Bull Ring.

"Nous étions particulièrement concentrés sur la performance dans les longs relais", a commenté Laurent Mekies, directeur de la compétition. "Je ne cache pas le fait que cela est dû aux difficultés rencontrées [au GP de France]. Nous cherchons à récolter des données dans plusieurs zones. Il y a certaines conditions où [les pneus] se dégradent de manière automatique. Nous savons que notre dégradation ne nous met pas dans une position favorable.

Cinq jours se sont écoulés entre la cérémonie du podium du GP de France et les premiers essais du GP de Styrie, ce qui a laissé très peu de temps à la Scuderia pour trouver une solution à son problème pneumatique. Toutefois, Mekies s'est montré satisfait des progrès effectués par le Cheval Cabré bien que la performance en qualifications reste une grande inconnue.

"Nous sommes assez satisfaits du travail réalisé par l'équipe en si peu de temps pour venir [au GP de Styrie] avec un plan d'action", a-t-il continué. "Je pense qu'aujourd'hui, nous avons récolté toutes les données nécessaires, ce qui est positif. Nous semblons payer le prix fort sur les relais courts car nous avons peu roulé avec une quantité de carburant faible. C'est encore un point d'interrogation pour nous."

"La récolte des données a été la partie la plus importante de notre travail. Et nous avons également essayé de protéger le train avant de la voiture. Cela ne veut pas dire que nous aurons des problèmes [sur le Red Bull Ring] mais ce sont des domaines que nous devons maitriser afin de limiter l'apparition de ce problème."