La Scuderia Ferrari a mis de côté les qualifications du GP de Styrie pour privilégier le rythme en course.

Les qualifications du Grand Prix de Styrie de Formule 1 ont été particulièrement difficiles pour la Scuderia Ferrari. Sur le Red Bull Ring, le Cheval Cabré n'a jamais rivalisé avec les hommes de tête et seul un pilote est parvenu à se hisser en Q3.

On doit cette performance à Charles Leclerc, qui s'élancera septième sur la grille de départ. Sans compter les Mercedes et les Red Bull, le Monégasque a été devancé par Pierre Gasly et Lando Norris. Cependant, Leclerc a révélé que son équipe avait volontairement réduit l'importance accordée aux qualifications pour mieux se concentrer sur la course.

"Bien sûr, je m'attendais à mieux", a -t-il confié à Sky Sports. "Le rythme [lors des simulations de course] était très bon hier. Nous ne voulions pas sacrifier ce rythme pour obtenir un meilleur résultat en qualifications. Je pense que nous n'aurions pas pu faire mieux que P7 aujourd'hui."

"Je pense que la réponse que nous cherchons tous concerne le rythme en course. Hier, nous étions performants mais attendons demain. Si nous sommes dans le coup, cela pourrait être une bonne course et nous pourrions avoir une opportunité d'inscrire de gros points. Au niveau du rythme, je ne pense pas que nous soyons si éloignés [des McLaren], nous étions plus rapides vendredi."

Ferrari SF21

Dans l'autre garage rouge, le constat est pire. Seulement douzième, Carlos Sainz a conjointement réalisé sa pire performance de la saison et la pire performance pour un pilote Ferrari en qualifications depuis le Grand Prix d'Abu Dhabi 2020. Déjà menacé par une élimination en Q1, le couperet est tombé quelques minutes plus tard, en fin de Q2. Pour ne rien arranger, la dernière tentative du pilote espagnol a été supprimée pour le non-respect des limites de la piste, même si l'intéressé a expliqué qu'il "ne se serait pas qualifié de toute manière".

"Le circuit ne nous convient pas, nous avons eu des difficultés à intégrer la Q3 et le top 10 dans toutes les autres séances", a-t-il ajouté. "Le feeling dans la voiture n'est pas le même qu'au Paul Ricard. Nous avons du mal à débloquer le potentiel sur un tour lancé. Espérons que la tendance s'inversera et que nous serons performants en course."