Malgré une excellente stratégie, Alfa Romeo n'a décroché aucun point au Grand Prix de Styrie de Formule 1.

Les Grands Prix se suivent et se ressemblent pour Alfa Romeo. Sur le Red Bull Ring, dans le cadre de la première des deux courses de Formule 1 organisées sur ce tracé, les monoplaces de Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi ont fait bonne impression mais n'ont pas été assez compétitives pour menacer les pilotes du top 10.

Pourtant, il s'en est fallu de peu. Au drapeau à damier, Räikkönen n'accusait que trois secondes de retard sur Yuki Tsunoda, le dixième homme et le premier à inscrire des points. Le pilote finlandais a effectué une belle remontée depuis la dix-huitième place sur la grille de départ grâce à un long premier relais effectué en pneus durs et un second relais avec des gommes mediums plus performantes et moins usées que les pneus durs de ses adversaires.

Selon le Champion du monde 2007, quelques kilomètres supplémentaires auraient permis à l'écurie d'augmenter son total, qui reste bloqué à deux unités. "Avec dix tours de plus, nous aurions probablement marqué des gros points", a-t-il déploré. "Je pense que nous avons fait de notre mieux et obtenu le meilleur résultat à partir de notre position de départ. La stratégie était bonne, nous avions un bon rythme et la voiture se comportait bien. J'ai pris un bon départ, j'ai eu de belles batailles et j'ai dépassé quelques voitures. Au final, seuls les points ont manqué."

Alfa Romeo C41

Antonio Giovinazzi, son coéquipier, aurait pu finir dans le top 10 compte tenu de sa meilleure position de départ, la quinzième. Néanmoins, la course de l'Italien a pris un virage pour le pire dès le premier tour car il fut envoyé en tête-à-queue par Pierre Gasly, victime d'une crevaison. Reparti dans le bon sens en queue de peloton, la stratégie de Giovinazzi a elle aussi fonctionné, puisqu'il a récupéré les places perdues pour rallier l'arrivée en quinzième position, mais elle fut moins efficace que celle de Räikkönen.

"Quand on vous envoie en tête-à-queue au premier tour et que vous repartez dernier, la course sera toujours difficile", a pesté le pilote transalpin. "J'ai dû attaquer très fort au début pour rattraper le peloton et cela nous a compromis davantage : nous avons tenté un undercut avec les pneus durs, mais cela m'a rendu faible en fin de course car je n'avais plus de pneus. Malgré cela, le rythme n'était pas mauvais, comme l'a montré Kimi avec sa P11. Si la semaine prochaine nous faisons de bonnes qualifications et évitons les ennuis au premier tour, nous pourrons marquer des points."