Carlos Sainz était en difficulté dans les premiers tours du GP d'Autriche mais le pilote Ferrari est arrivé en cinquième position.

Les week-ends se suivent et se ressemblent pour la Scuderia Ferrari, qui a vécu des qualifications difficiles avant de brillamment redresser la barre en course. Au Grand Prix d'Autriche de Formule 1, Carlos Sainz est entré pour la troisième fois de la saison dans le top 5 au prix d'une stratégie très audacieuse.

Contrairement à la grande majorité du peloton, le pilote espagnol a pris la décision de s'élancer avec les pneus durs, des gommes très résistantes mais peu performantes. Ainsi, son premier relais a été "très difficile" à gérer. Quatorzième à l'issue du premier tour, l'Espagnol a pris son mal en patience et est remonté jusqu'à la cinquième place avant son unique arrêt, très tardif.

"C'était une course difficile, beaucoup plus difficile que ce à quoi je m'attendais avec le pneu dur", a-t-il lancé au micro de DAZN F1. "Au départ, je n'avais aucune adhérence par rapport à ceux étant en pneus tendres et mediums. Mais je suis resté calme et j'ai réussi à prolonger le premier relais, ce qui m'a donné l'opportunité de chausser les pneus mediums et d'attaquer."

Au stand, Sainz a troqué ses gommes dures usées pour des pneus mediums bien plus frais. Et à l'inverse du premier tour, c'était au tour du pilote Ferrari d'être en position de force. "Je me suis beaucoup amusé dans la deuxième moitié de la course", a-t-il poursuivi. "Même si les [mediums] étaient usés, j'ai trouvé un très bon rythme et j'ai pu dépasser Charles [Leclerc], Daniel [Ricciardo] et Checo [Pérez]. La stratégie et le rythme s'améliorent course après course. Je commence lentement à redevenir le Carlos qui est capable d'attaquer le dimanche."

La course de Sainz s'est jouée dans les derniers kilomètres. Avec ses pneus mediums, le pilote a bénéficié des consignes d'équipe pour dépasser Leclerc sans endommager ses gommes et mettre plus facilement la pression sur Daniel Ricciardo, détenteur de la sixième place.

En dépit de son désavantage en ligne droite, l'Espagnol a trouvé l'ouverture sur la McLaren dans l'avant-dernier tour et a pu rallier l'arrivée à moins de dix secondes de Sergio Pérez, ayant reçu deux pénalités de cinq secondes pour avoir poussé Leclerc hors de la piste. Il est donc rentré dans le top 5 aux dépens du Mexicain.

"Ce n'est pas une voiture facile à doubler, cette McLaren. Elle est très rapide dans la phase d'accélération", a commenté Sainz sur Sky Sports. "J'ai vu Charles se battre pour la dépasser, c'était très difficile pour nous de la rattraper dans les lignes droites. J'ai pris beaucoup de risques dans le troisième virage, ça m'a donné un peu d'air propre et une bonne traction, et j'ai réussi ma manœuvre dans le quatrième virage. C'était super parce que ça m'a permis de faire un tour très rapide et de rattraper Pérez."