La Scuderia Ferrari a été constante en Autriche puisque l'écurie italienne a inscrit deux fois 14 points à l'occasion des Grands Prix de Styrie et d'Autriche de Formule 1, tous deux disputés sur le Red Bull Ring. Carlos Sainz s'est chargé de signer les meilleurs résultats du Cheval Cabré, ce qui a inclus une arrivée dans le top 5 le week-end dernier.

Charles Leclerc aurait pu toutefois devancer son coéquipier au Grand Prix d'Autriche s'il n'avait pas été victime de la défense musclée de Sergio Pérez. À deux reprises, le pilote Red Bull a repoussé les attaques du Monégasque en ne lui laissant aucune place à l'extérieur de la piste. Contraint de passer dans les graviers, Leclerc a sali ses pneumatiques et les 10 secondes de pénalité infligées au Mexicain n'ont pas été suffisantes pour le dépasser sur tapis vert.

"C'était une course vraiment solide en Autriche, avec une cinquième place pour Carlos et une huitième place pour Charles, son premier relais était très performant et il a réalisé de super dépassements", a commenté Marc Gené ancien pilote d'essai de la Scuderia Ferrari, lors de sa traditionnelle analyse d'après course. "C'est vraiment dommage qu'il ait été poussé hors de la piste par Pérez, deux fois. Cela lui a non seulement coûté du temps mais aussi des places, il aurait pu finir plus haut dans le classement."

À la suite de ses excursions dans les graviers, Leclerc a laissé filer Pérez et s'est retrouvé bloqué derrière un autre obstacle nommé Daniel Ricciardo. Bien aidé par sa vitesse en ligne droite, l'Australien a retenu le pilote Ferrari pendant 20 tours, ce qui a facilité le retour de Carlos Sainz. Dans son second relais, le pilote espagnol avait des pneus moins usés et plus performants, et la cinquième place détenue par Pérez était en ligne de mire.

Mais pour y parvenir, l'Espagnol devait avant tout se défaire du tandem Leclerc-Ricciardo. Le muret des stands Ferrari est donc intervenu. Des consignes ont été passées à Leclerc pour ne pas bloquer inutilement son coéquipier. Selon Gené, le Monégasque devait absolument obtempérer, ce qu'il fit sans rechigner.

"Toute l'équipe a fait du bon travail, que ce soit lors des arrêts au stand ou au moment d'échanger les positions, ce qui était la meilleure chose à faire parce que c'était nécessaire", a assuré l'Espagnol. "Ainsi, Carlos a pu dépasser Ricciardo dans le tout dernier tour."

Au classement général, Ferrari occupe encore la quatrième place. L'écart avec McLaren, troisième, est passé à 19 points. La moisson de points fut bonne mais Gén n'est pas totalement satisfait : "Dans l'ensemble, c'est un bon résultat. Bien sûr, nous voulons plus mais je pense que nous avons optimisé le potentiel de la voiture et les pilotes ont fait une belle remontée."