Pendant deux ans, Charles Leclerc et Sebastian Vettel ont reçu la mission de ramener la Scuderia Ferrari vers le sommet du classement en Formule 1. Mais ni le Monégasque ni l'Allemand n'y sont parvenus sur le long terme, et leur relation n'a pas été des plus calmes.

Invité à témoigner lors du dernier épisode de Beyond The Grid, le podcast de la F1, Leclerc est revenu sur cette période compliquée dans sa carrière en évoquant un incident majeur : l'accrochage au Grand Prix du Brésil 2019. En bagarre pour la quatrième place, les coéquipiers s'étaient effleurés dans la ligne droite opposée, ce qui avait mis un terme à leur course respective.

GP du Brésil 2019

À l'intérieur comme à l'extérieur du garage Ferrari, le débat autour de la responsabilité de Leclerc et Vettel dans cet accrochage a fait rage. Et près de deux ans plus tard, il semble que les deux pilotes ne se sont toujours pas mis d'accord. Néanmoins, Leclerc a assuré que la colère liée à l'accident s'est rapidement dissipée.

"Le Brésil était surement le moment où cela a été le plus difficile, mais seulement après la course parce ce n'est jamais évident à gérer dans le feu de l'action", a-t-il avancé. "Ensuite, je pense que ce qui a été le plus dur, c'est la façon dont les médias sont entrés en jeu en essayant de rendre les choses intéressantes et en essayant de faire croire aux gens qu'il y avait des tensions alors qu'il n'y en avait pas."

"On nous demandait aussi à chaque course s'il y avait des tensions, et je pense que nous avons aussi très bien géré cela. Il n'y a jamais eu de tension entre nous. J'avais mon avis [sur l'accident], il avait le sien. Nous n'avons jamais eu la réponse que nous souhaitions avoir tous les deux. Et c'est resté comme ça."

Depuis 2021, Carlos Sainz épaule Leclerc à Maranello. Et compte tenu du plus petit écart d'âge entre eux, le pilote monégasque a expliqué que sa relation avec Sainz était bien différente de celle avec Vettel, où le niveau de compétition, très intense sur la piste, était pratiquement inexistant en dehors. 

"Avec Seb, la relation était un peu différente, je le voyais plus comme un grand frère", a lancé Leclerc. "Avec Carlos, nous avons plus ou moins le même âge. Nous sommes compétitifs pour tout. Seb avait plus d'expérience, il avait un peu moins cet esprit de compétition. Si je voulais gagner dans quelque chose, il s'en fichait de me laisser gagner et j'étais heureux. Avec Carlos, c'est un peu différent. Je peux voir son énervement lorsque je le bats, ça peut être pour la chose la plus stupide mais il se met vraiment en colère. Et pareil pour moi."