Déjà solide en 2020 malgré le manque de compétitivité de sa voiture, Charles Leclerc bénéficie cette saison d'une monoplace à la hauteur de son talent. Certes, la SF21 n'est toujours pas au niveau de la SF90, celle qui lui a apporté ses deux seules victoires en Formule 1, mais elle lui a permis de briller à plusieurs reprises.

Le Monégasque a démarré sur les chapeaux de roue en ne sortant jamais du top 6 lors des quatre premières manches de la saison, qu'importe les demandes aérodynamiques des tracés et les conditions de piste, de bonne augure pour la suite des événements. Car, dès le cinquième Grand Prix, Leclerc a fait fort en signant la pole position. C'était dans les rues de Monaco, celles qu'il connait si bien puisqu'il a grandi en Principauté. Le pilote Ferrari était même le favori pour la victoire avant que sa transmission ne le lâche à moins d'une heure du départ.

S'il n'a pas pu s'expliquer avec Lewis Hamilton et Max Verstappen à Monaco, Leclerc a de nouveau saisi sa chance au rendez-vous suivant, à Bakou. Nouvelle pole position, la neuvième de sa carrière, sur un circuit ne seyant pas à la SF21. Leclerc a fait de son mieux le lendemain, mais les petites performances de sa voiture l'ont finalement éjecté du podium.

Le pilote Ferrari s'est ensuite illustré au Grand Prix de Grande-Bretagne, en profitant de l'accrochage du départ pour s'emparer du commandement. Le Monégasque s'est accroché à la première place pendant près de 50 tours mais n'a rien pu faire pour défendre sa position face à Hamilton dans les derniers kilomètres. Classé deuxième de l'épreuve, Leclerc a signé sa meilleure performance de l'année, un résultat au goût très amer pour ce compétiteur né qui ne visait qu'une seule chose : la victoire.

Charles Leclerc

Le coup de volant de Leclerc l'a placé à des positions très intéressantes cette saison, toutefois le Monégasque a encore pêché par excès d'agressivité. Sans son accident dans les derniers instants de la Q3 à Monaco, le régional de l'étape aurait pris le départ et aurait été un sérieux concurrent pour la victoire. Et sans un contact évitable avec Pierre Gasly au départ du Grand Prix de Styrie, une arrivée dans le top 5 était tout à fait possible.

Le classement général nous montre Carlos Sainz comme leader des efforts de la Scuderia, d'une part en raison des erreurs de Leclerc, de l'autre en raison de son manque de réussite. Certes, Sainz est performant mais il n'a jamais abandonné lors de la première partie de saison, à l'inverse de son coéquipier, qui en est déjà à deux abandons. Et si l'on regarde les résultats en qualifications, le Monégasque a battu l'Espagnol huit fois en onze courses.

Le reste de l'année semble donc prometteur pour Leclerc et pour toute la Scuderia. Il ne fait aucun doute que le pilote décrochera un nouveau podium cette saison. Mais en ce qui concerne la victoire, qui lui échappe depuis le Grand Prix d'Italie 2019, c'est une autre paire de manches...

Statistiques

  • 11 Grands Prix
  • 0 victoire
  • 1 podium
  • 2 pole positions 
  • 0 meilleur tour en course
  • 80 points
  • 8 arrivées dans les points
  • 1 arrivée hors des points
  • 2 abandons