Contrairement aux autres pilotes ayant découvert une nouvelle monoplace cette saison en Formule 1, Carlos Sainz s'est rapidement adapté chez Ferrari. Pour preuve, le pilote espagnol a signé deux podiums cette saison et après onze courses, il devance son coéquipier, Charles Leclerc, au classement général.

Mais cela ne veut pas dire que Sainz n'a pas éprouvé des difficultés lors de ses premiers tours au volant de la SF21. Ses premières courses se sont conclues dans les points, certes, mais l'écart avec Leclerc sous le drapeau à damier était important. Puis, un premier faux pas est arrivé au Grand Prix du Portugal, avec une onzième place en course.

Le sursaut d'orgueil du pilote est survenu quelques semaines plus tard, au Grand Prix de Monaco. L'Espagnol était particulièrement à l'aise dans les rues de la Principauté, signant le deuxième temps dans toutes les séances d'essais libres et en ayant le rythme pour décrocher la pole position le samedi. Mais l'accident de son coéquipier a mis fin à la séance et aux rêves de pole de Sainz. Ce dernier a tout de même bénéficié des abandons successifs de Leclerc et de Valtteri Bottas le lendemain pour se classer deuxième, à une dizaine de secondes de Max Verstappen, vainqueur.

Carlos Sainz

Le pilote Red Bull n'a jamais vraiment été menacé par son ancien coéquipier chez Toro Rosso, néanmoins cette belle deuxième place a permis à Sainz de définitivement hausser son niveau. Ainsi, il a davantage devancé Leclerc en qualifications comme en course, et s'est même permis d'attaquer plus volontiers au volant d'une monoplace dont il peinait à trouver la limite quelques mois auparavant.

Mais lorsque l'on est plus enclin à attaquer, on s'expose plus facilement à un accident. Sainz l'a prouvé par deux fois, toujours en qualifications, en Azerbaïdjan et en Hongrie. La deuxième sortie de piste a eu des conséquences plus importantes puisqu'elle a privé le pilote d'une place en Q3, mais il s'est formidablement bien rattrapé le lendemain en remontant jusqu'à la troisième position, et en menaçant temporairement le leader et futur vainqueur, Esteban Ocon. 

Sainz s'est aussi montré l'un des plus réguliers sur la piste. L'Espagnol n'a perdu qu'un seul tour sur Lewis Hamilton, qui est le seul homme à avoir complété 697 boucles (le total des onze premières courses du calendrier). Il sera intéressant de suivre la progression de Sainz durant la deuxième partie de la saison. Nous pensons que le pilote finira par atteindre à nouveau son niveau de l'époque McLaren, celui qui avait tapé dans l'œil du Cheval Cabré en 2019.

Statistiques

  • 11 Grands Prix
  • 0 victoire
  • 2 podiums
  • 0 pole position 
  • 0 meilleur tour en course
  • 83 points
  • 9 arrivées dans les points
  • 2 arrivées hors des points
  • 0 abandon