Trois minutes, vingt-sept secondes et dix-sept millièmes : la durée du Grand Prix de Belgique 2021 de Formule 1 fait de cette course la plus courte de l'Histoire du Championnat du monde ! Les fortes averses n'ont pas permis à la direction de course de trouver une solution et il a été décidé d'achever la course après deux tours derrière la voiture de sécurité, le minimum requis pour attribuer la moitié des points.

Selon Charles Leclerc, qui s'est classé huitième, "les conditions de piste n'étaient pas si mauvaises en matière d'eau stagnante" mais le niveau de visibilité était quant à lui "désastreux". En dépit des conditions exécrables, de nombreux spectateurs étaient au rendez-vous et ont dû patienter plusieurs heures pour, au final, assister à une parodie de Grand Prix. Une situation que regrettent les membres de la Scuderia Ferrari.

"Ne pas avoir une vraie course est une étrange façon de terminer le week-end", poursuit le pilote monégasque. "Mais surtout, c'est dommage pour tous les fans qui sont venus pour nous voir courir. Je voudrais remercier tous ceux qui sont restés dans les tribunes en espérant que les conditions s'améliorent. Ce n'était certainement pas facile et j'ai beaucoup de respect pour chaque personne qui est restée ici avec nous."

"Évidemment, c'est désolant qu'il n'y ait pas eu de spectacle pour les fans courageux qui ont bravé le mauvais temps et pour ceux à la maison", ajoute son coéquipier Carlos Sainz, dixième. "Malheureusement, nous n'avons rien pu faire, car la visibilité était trop faible pour que nous puissions courir. C'est aussi dommage pour moi, parce que j'aurais pu essayer de gagner quelques places par rapport à ma position de départ, mais la sécurité doit toujours être la priorité."

"Je veux remercier tous les spectateurs qui sont restés jusqu'au bout, espérant voir ce qui aurait dû être une course incertaine et spectaculaire", commente Mattia Binotto, directeur de la Scuderia Ferrari. "Le directeur de course a fait tout ce qu'il pouvait pour essayer de faire démarrer le Grand Prix, mais les conditions n'étaient jamais assez bonnes pour le faire sans mettre en danger les pilotes et les personnes travaillant sur la piste. Le résultat final a donc été déterminé à partir des positions sur la grille de départ, ce qui signifie que nous repartons avec deux points [et demi, ndlr]."

L'écurie italienne a désormais le regard tourné vers le Grand Prix des Pays-Bas, qui se tient ce week-end, sur le circuit de Zandvoort. Le tracé néerlandais fait son grand retour en Formule 1 après 36 ans d'absence.

"C'est un beau défi, car nous devrons tous nous adapter et essayer de trouver les meilleurs réglages possibles dans le plus court laps de temps", déclare Leclerc. "Je pense que l'une de nos faiblesses concerne le mouillé, donc nous allons travailler pour améliorer cela au cours des prochaines semaines."